Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Chronique culturelle : Crise au Bubedra

Lorsque nous entendons agent permanent de l’Etat, et par sigle APE, on se dit, avec aisance et plaisir, que nous avons affaire à des personnes qui ont décidé d’œuvrer pour leur patrie, se mettre à la disposition du peuple et pour le grand bien de la société. Le printemps des pouvoirs et des institutions en plein ébats dans un épisode chronique et touffu laisse néanmoins place à un constat qui mérite réflexion et décision.
Nous sommes dans une organisation mise sur pied pour la nation, les acteurs du monde de la culture, mais aussi et surtout pour garantir un retour efficace et digne de l’exploitation d’œuvres artistiques.
Bienvenue au Bubedra. Ici, le pouvoir revient normalement aux artistes malgré la tutelle du gouvernement à travers le ministère de la culture. Le principe, malgré sa vulgarisation avec sans doute toutes les subtilités autour, se fait plus ou moins clair dans la tête et les esprits des plus concernés.
Déclaration et adhésion en tant que sociétaire, pouvoir de participer à la désignation des membres du conseil d’administration, en ce qui concerne les artistes et de l’autre côté, application des textes en vigueur, recouvrement de droits au nom des artistes, défense de leurs intérêts et dispatching de capitaux collectés sont autant de prérogatives reconnues aux fonctionnaires de cette institution qu’est le BuBéDrA.
Mais au fond, que se passe-t-il réellement ? Des plumes et des langues, dans leur expression, présentent tristement la situation quant à la gestion de ces ressources censées être au profit des artistes.
Gestion opaque, acrobatie spectaculaire et à la limite hasardeuse dans le dispatching des revenus, des exploitations calamiteuses et suicidaires des œuvres de nos artistes par des sociétés et réseaux GSM avec un concours maléfique des responsables du BuBéDrA, autant de dégâts et mal organisations dénoncés par les sociétaires qui restent presque sans écoute et des solutions.
Le comble qui nourrit le mieux l’actualité dans le secteur, même si les crises politiques semblent l’étouffer, est bel et bien la rocambolesque histoire d’affectation de certains membres du personnel qui refuseraient d’obtempérer dans une aisance inquiétante qui suscite réflexion et interpellation.
L’institution dispose en bonne et due forme d’un conseil d’administration, elle est sous la tutelle d’un ministère en charge de la culture, elle reste la seule à protéger les droits de nos artistes malgré la non application des textes liés aux droits voisins et autres.
Lumière mérite d’être faite sur cette question. Le peuple a bien envie de comprendre ce qui se passe réellement. L’argument dont disposent les nouveaux affectés qui refusent de passer service sous le regard impuissant de leur Directeur Général, Président du conseil d’administration, ministre de la culture etc.
Que veulent préserver ces agents à travers ce refus, leurs intérêts ou ceux des artistes ?
En tant que contribuables, nous méritons des explications.
C’est aussi ça la rupture…

2-02-2018, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Progressistes et républicains : les défis pressants
11-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
L’accouchement a été difficile. Mais au final, c’est une opération plutôt réussie, pour ce qui est de la forme en tout cas. Les frères siamois peuvent (...) Lire  

Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Bloc républicain : une réalité
10-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Editorial : Jeunes engagés contre corruption (...)
6-12-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Estonie pour plus de Tic !
4-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Il s’appelait Gaston Azoua
4-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérit : Femme 3C
3-12-2018, La rédaction
Editorial : Epouvantail IRM !
3-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Silence, Mètonou arrive !
27-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
C’est le temps des derniers réglages.
26-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cap sur le sport
21-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une taxe pour booster le sport !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Insécurité, période cruciale !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)