Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Chronique judiciaire : Emile Madjronon condamné à 10 ans de réclusion pour séquestration et traite d’enfant

Cultivateur à Hèkanmè dans la commune de Zè, et père de 7 enfants, Emile Madjronon a été condamné hier par la Cour d’assises à 10 ans de réclusion criminelle. Il a été accusé d’avoir séquestré en 2007 la fillette Sèlimatou, alors âgée de moins de 14 ans qu’il a pris pour femme pendant 5 ans. Le Président de céans est Christophe Atinmakan, avec comme assesseurs Ismaël Sanoussi et Martial Boko. Le fauteuil du greffier a été occupé par Louis Houngbo et le Ministère public a été représenté par Marie Josée Patinvo.
Les faits remontent au 18 novembre 2007. Alors que la fillette Sèlimatou M. a fugué du domicile de sa cousine Moibatou Lemonfa, elle croisa en chemin un jeune homme nommé William Hounsinou qui lui a promis de l’aider. Ce dernier, aujourd’hui en fuite, l’a conduite dans une maison à Godomey en demandant à Sèlimatou de se faire passer pour sa sœur. Il est revenu vers 20 heures accompagné de deux autres jeunes dont Emile Madjronon à qui, il a remis la fille en mariage contre la somme de 40.000 francs Cfa.
Emile Madjronon au moment des faits, avait déjà une femme et 5 enfants. Il a amené la fillette dans son village à Hèkanmè où il l’a gardée pendant 5 ans, sans informer les parents qui, dans le même temps, avaient lancé des avis de recherche au Bénin et au Togo.

A la barre
Emile Madjronon qui séjourne en prison depuis le 21 mai 2013, reconnait les faits. Il s’explique en s’inscrivant dans la logique de ce qu’il a pris Sèlimatou M. pour épouse. « J’ai dépensé de l’argent pour l’épouser. Mais je ne suis pas allé voir ses parents ». Le Président de céans, Christophe Atinmakan appelle alors la victime, aujourd’hui mère de trois enfants, à la barre. Celle-ci rappelle les circonstances de sa fugue avant de revenir sur les conditions de sa séquestration : « Ils m’ont dit que si je fuyais, les fétiches vont me rattraper (…) Emile ne parle même pas avec moi. (…) il me bat pour tenir des rapports sexuels avec moi ». L’accusé récuse. « Je ne la bats pas pour tenir des rapports sexuels avec elle ».
Suivront les dépositions des parents de la victime, le père, la mère, et puis le tuteur en la personne du magistrat Azalou qui a confié avoir mis tous les moyens pour rechercher la fillette, pendant 5 ans, en vain. Il met un accent sur les préjudices subis. « Pendant plus de 5 ans, nous avons vécu ce calvaire. Si aujourd’hui Sèlimatou s’est remariée, c’est une résilience qu’il faut saluer au regard de tout ce qu’elle a subi », a-t-il déclaré avant de se constituer partie civile pour, dit-il, réclamer un franc symbolique.

Débats
Dans son réquisitoire, le Ministère public représenté par Marie Josée Patinvo a rappelé les dispositions qui punissent la séquestration et la traite des enfants. Il s’agit de l’article 341 du code pénal et surtout de l’article 7 de la loi 2006-04 du 10 avril 2006 qui stipule qu’ « aucun enfant ne peut être déplacé à l’intérieur du pays, séparé de ses parents biologiques ou de la personne ayant autorité sur lui, sans une autorisation spéciale délivrée par l’autorité administrative compétente du lieu de sa résidence ». En l’espèce, selon l’avocat général, l’accusé a agi avec conscience car pour lui, c’est de l’aubaine et il faille en profiter. Marie Josée Patinvo rappelle ensuite les sévices subis par la victime en se basant sur les propos de celle-ci : « Toutes les fois que je m’opposais à ses désirs sexuels, il me battait ». Le ministère public a alors requis 20 ans de travaux forcés contre l’accusé.
Quant à la défense assurée par Me Aziz Koladé Onifadé, l’accusé n’est pas dans la logique de la séquestration mais du mariage. « Nous sommes dans un contexte conjugal » a-t-il souligné. Me Aziz Koladé Onifadé insiste aussi sur le fait que l’accusé ne pouvait pas imaginer tout le scénario qui se situe derrière la remise de la somme de 40.000 francs puisque croyant que sa future épouse était la sœur de William Hounsinou en fuite. « Condamner Emile au-delà du temps déjà passé en prison, c’est condamner le père des deux enfants qu’il a eus avec la victime. Il a assez payé. Je voudrais que vous lui donnez la possibilité de se réinsérer et de s’occuper des enfants ».
Après quelque temps de suspension, la cour et les jurés reviennent du délibéré avec une décision qui condamne Emile Madjronon à 10 ans de réclusion criminelle pour séquestration et traite d’enfant. Donc, Emile Madjronon a encore 5 ans à passer en prison. L’accusé a été aussi condamné à payer un franc symbolique pour les préjudices causés aux parents de la victime.

18-04-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU


CHRONIQUES

En vérité : Cap sur le sport
21-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Le sport, c’est sa passion. Convaincu que par ce biais, le Bénin peut s’illustrer positivement sur la scène sous-régionale, continentale et même (...) Lire  

Editorial : Une taxe pour booster le sport (...)
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Insécurité, période cruciale (...)
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Marcel de souza, assis entre deux (...)
20-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Transport en commun : le grand (...)
15-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Cap sur le sport
21-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une taxe pour booster le sport !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Insécurité, période cruciale !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le pressant appel de l’Eglise
31-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’eau qui sauve les Collines !
31-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Fmi-Bénin, logique intacte !
30-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le couple bénino-nigérian
25-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Enfin, que ça démarre !
25-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Formalités express au Pcj !
24-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)