Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Des lauriers pour le Bénin

Nul n’est prophète chez soi. Le Dr Valentin Agon en est un exemple probant. Ce scientifique pétri de talent, qui a inventé le produit « Api palu », un médicament à base d’extraits de plantes naturelles, fait l’objet d’une reconnaissance sur la scène internationale. Le 23 juin dernier, à Gaborone au Botswana, devant le gotha scientifique du continent, il a été élevé au premier rang des chercheurs les plus chevronnés de l’espace africain. Sur dix finalistes, c’est le candidat béninois qui a recueilli les faveurs du jury. Ainsi, le médicament « Api palu », bien connu des Béninois et qui favorise une diminution rapide des parasites du paludisme dans le sang, gagne en notoriété et le Bénin avec lui. Qu’un de nos compatriotes reçoive un prix aussi prestigieux devrait être un sujet de réjouissances et une occasion pour célébrer le mérite et l’excellence !
Intéressés au premier chef par cette reconnaissance internationale, les phytothérapeutes béninois ont accueilli avec joie cette grande nouvelle qui vient jeter un faisceau de lumière sur leurs activités qui ne bénéficient pas souvent de l’attention requise de la part des gouvernants. L’un d’eux s’est d’ailleurs empressé de féliciter publiquement le lauréat. « Bravo ! Parce que ce n’est pas donné à n’importe qui de gagner un prix de cette importance avec les basiques d’une science endogène aussi décriée par les agents de santé qu’est la médecine traditionnelle. Merci ! Parce que vous nous lavez de la honte. La honte à nous qui y croyons mordicus, qui nous échinons au quotidien, sans soutien et sous la risée de ceux que vous devinez aisément. Notre péché, c’est de croire en la science de nos ancêtres et de chercher à la réhabiliter et à l’imposer au monde entier comme vous venez de le faire avec élégance et panache ». Ainsi s’exprimait Kogblévi Aziadomè, un ardent défenseur de nos valeurs ancestrales qui s’investit de son côté avec succès dans le traitement des hépatites.
Reçu en grande pompe à Cotonou à son retour, Valentin Agon se doute bien que les nombreuses déclarations d’autorités venues le féliciter ne dépasseront pas l’enceinte de l’aéroport en termes d’intentions et de projets. Pourtant, le Bénin tient là une opportunité en or pour s’investir pleinement dans la recherche médicinale. Il ne reste plus qu’à créer le pont entre pharmaciens formés à l’école de l’Occident et les phytothérapeutes qui valorisent nos savoirs endogènes dans la médecine. C’est cette collaboration qui permettra à ces compétences et talents d’unir leurs connaissances pour à terme présenter au public une gamme variée de produits efficaces dans le traitement de plusieurs maladies. Nos pharmaciens au lieu d’être de simples commerçants de produits venus d’ailleurs devraient s’engager dans cette dynamique. De la même manière, les phytothérapeutes, en tout cas ceux dont le savoir ne fait l’ombre d’aucun doute, car il y a beaucoup de plaisantins dans le lot, ne devraient plus évoluer en vase clos. Il faut nécessairement une synergie, une harmonie entre ces deux mondes que tout oppose aujourd’hui.
La Chine et le Japon, malgré leur niveau de développement n’ont jamais renié leurs valeurs ancestrales. C’est sur cette base qu’ils ont construit leur développement, encore qu’il est prouvé que la médecine traditionnelle peut venir à bout de plusieurs maladies jugées incurables par la médecine moderne, notamment occidentale. Si les africains et béninois continuent de renier leurs richesses pour s’approprier celles des autres, ils resteront toujours à la traîne. Il faut donc un sursaut car nos savoirs et ressources endogènes n’ont rien à envier à la science venue d’ailleurs. C’est une bêtise que des laboratoires dédiés à la gloire de la médecine occidentale soient implantés sur le territoire béninois alors qu’il aurait fallu orienter leur mission vers la recherche et l’invention de produits médicinaux made in Benin. Mais il ne faut pas désespérer de ce pays, car le meilleur est encore possible.

14-07-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir !
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction
En vérité : Une histoire d’unanimité !
21-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’Afrique si pauvre et si riche
21-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1170

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)