Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Entre le marteau et l’enclume

C’est officiel. Le gouvernement est passé à l’acte. A peine la première session parlementaire ordinaire pour le compte de l’année 2018 a-t-elle été ouverte que déjà, trois députés se retrouvent dans l’œil du cyclone. Trois ministres de l’ex régime sont aussi concernés par cette doléance de l’Exécutif qui souhaite que les intéressés répondent de certains faits devant la justice. Mais, ce n’est pas vraiment une surprise pour les élus du peuple et les anciens ministres indexés. Depuis plusieurs semaines déjà, il se susurrait qu’ils pourraient éventuellement être les premiers clients de la Haute cour de justice, si d’aventure la Représentation nationale se trouve sur la même longueur d’onde que le gouvernement. Ce dernier vient de lancer les hostilités à travers le Garde des sceaux qui a adressé une requête de levée d’immunité parlementaire et d’autorisation de poursuites judiciaires à l’encontre des mis en cause.
Selon le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, une commission spéciale se penchera sur l’instruction de ce dossier. Elle sera composée d’un membre du bureau du parlement, d’un membre de la Commission des lois et d’un représentant de chaque groupe parlementaire. Cette « commission spéciale entend le député dont la levée de l’immunité parlementaire est demandée ou celui de ses collègues qu’il aura désigné pour le représenter ». Son rapport est ensuite transmis à la Conférence des présidents qui se prononce avant de le présenter en urgence à la plénière. « La décision d’accorder ou de rejeter la levée de l’immunité parlementaire est adoptée sous forme d’une résolution par la majorité absolue du nombre des députés calculée par rapport au nombre de sièges effectivement pourvus ». Dans les prochains jours, le bureau de l’Assemblée nationale sera amené à poser les jalons pour donner suite à cette double requête de l’Exécutif.
Pour ce qui est des anciens membres du gouvernement accusés de faits délictueux, la Représentation nationale devrait se prononcer très prochainement. A cette étape, la procédure édictée par le règlement intérieur de l’institution parlementaire paraît allégée. Selon l’article 186 dudit règlement relatif à la saisine de la Haute Cour de justice, la décision de poursuite ou de mise en accusation « du président de la République et des membres du gouvernement est votée à la majorité des 2/3 des députés composant l’Assemblée nationale au scrutin public et secret à la tribune ». Selon le même article, si la mise en accusation est votée, le procureur général près la Chambre d’accusation est immédiatement informée. Dans le cas contraire, la décision est notifiée au président de la République. A priori, à moins que l’Assemblée nationale décide de trainer les pas, Komi Koutché, Aboubakar Yaya et Fatoumatou Amadou Djibril devraient être assez rapidement fixés sur leur sort.
Par contre, la procédure un peu longue sera de mise pour Valentin Djènontin, Idrissou Bako et Mohamed Atao Hinnouho, vu qu’ils sont tous députés. C’est là que le Bloc de la majorité parlementaire acquis à la cause de Patrice Talon sera amené à prouver sa loyauté vis-à-vis du chef de l’Etat. Né au lendemain du rejet du projet de révision constitutionnelle, ce creuset soutient les actions du gouvernement. Par conséquent, ses membres devraient logiquement accéder à la requête du gouvernement en livrant leurs pairs à la justice. Les animateurs du Bmp, 60 au total, ont toutes les cartes en main pour envoyer leurs collègues répondre des faits qui leur sont reprochés devant la justice. Le feront-ils au nom de leur fidélité à Patrice Talon ou choisiront-ils de confirmer l’adage selon lequel « les loups ne se mangent pas entre eux » ? Au moment crucial de la décision, ils se dévoileront d’eux-mêmes.

16-04-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Lumière sur les lois de règlement
18-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
On n’en parle pas souvent. Mais il s’agit d’un indicateur de bonne gouvernance et de transparence financière. La plupart du temps, les esprits se (...) Lire  

Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Standing ovation pour le Onze (...)
17-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : La saison des congrès !
15-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Intrigue destin de Koutonou
11-10-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : La route des pêches au ralenti
11-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le combat contre la faim
10-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Lépi actualisée à consulter !
9-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Enfin, l’énergie solaire !
5-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Yayi sort le grand jeu
3-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Cyclique intoxication !
3-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Regards sur la 7ème législature
1er-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’illustration 4 sur 154 !
28-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérit : L’alibi Fitness !
28-09-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : L’illustration 4 sur 154 !
27-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vendre le Bénin aux Béninois
27-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Pme à l’honneur
26-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La rançon de l’alcoolisme !
26-09-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1470

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)