Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Etendre les réformes au niveau local

Les services du ministère de l’économie et des finances sont en pleine réforme. Pour plus d’efficacité, plus de rigueur dans le traitement des dossiers, mais aussi pour limiter la tentation de la corruption, de nouvelles mesures ont vu le jour et s’incrustent dans les habitudes en dépit des résistances. Par le passé, le contact physique entre prestataires et comptables publics a malheureusement consacré la tradition des fameux 10%. Une pratique qui ne cesse de prendre de nouvelles formes malgré les multiples tentatives visant son extinction. Le mal, comme une sangsue, colle toujours à la peau des commis de l’administration dont la tâche est de manipuler les fonds publics.
Cette année, par la volonté de l’argentier national, les prestataires de l’Etat ne sont plus astreints à nouer des relations vicieuses avec les comptables avant de rentrer en possession de leurs fonds une fois le service rendu ou la livraison effectuée. Même si cette mesure ne résout pas pour autant l’épineux problème de la corruption, elle permet tout au moins aux créateurs de richesse de ne pas subir les humeurs des comptables publics. Car, à partir du moment où la constatation du service fait est effective conformément au contenu du cahier de charges, l’Etat se doit de les rétribuer sans que ses agents se sentent obligés d’exiger des gratifications avant d’accomplir la mission pour laquelle ils sont payés. Toujours est-il qu’il sied de noter que ce vent de réformes qui fait grand bruit s’est limité aux directions centrales du ministère.
Les services décentralisés disséminés sur l’ensemble du territoire national échappent jusqu’à présent au regard de l’argentier national en cette matière. Les receveurs-percepteurs, comptables principaux des communes aux termes de la loi N°98-006 portant régime financier des communes, font la pluie et le beau temps dans leurs ressorts territoriaux respectifs. Nommés par le ministre des finances, ils sont placés sous son autorité et ne peuvent donc se soustraire au niveau local aux réformes engagées par leur chef. Sur le terrain, le constat est tout autre. Les prestataires locaux sont à leur merci. Lorsqu’ils ne sont pas disposés à verser promptement la commission à l’agent payeur, ils sont soumis à toutes sortes de misères avant de rentrer le plus souvent tardivement en possession de leurs fonds. Pendant ce temps, l’économie locale tourne au ralenti.
Aussi, le budget général de l’Etat, exercice 2015 comporte en lui seul une kyrielle de mesures incitatives à la consommation locale souvent délaissée au profit des produits d’importation. Les communes devraient s’inspirer de ces orientations pour ce qui est des commandes de mobilier notamment afin de donner un nouveau souffle à l’économie locale. Il en est de même pour les produits agricoles dont l’acheminement vers les lieux de transaction demeure un souci du fait de l’état défectueux des pistes de desserte rurale. Les réformes au niveau central, c’est bon. Les étendre au niveau local et rester rigoureux dans le suivi, c’est encore mieux.

25-08-2015, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Dantokpa bientôt à Adjagbo !
23-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Excités et brûlant d’impatience que l’initiative voie très vite le jour. Pourtant, pour le moment, nous en sommes loin. Juste à l’étude de (...) Lire  

Editorial : Le combat de l’internet
23-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisatio
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Dantokpa bientôt à Adjagbo !
23-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le combat de l’internet
23-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1140

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)