Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : L’axe de la mort

Flambant neuf il y a tout juste quelques petites années, l’axe Godomey-Akassato se détériore à la vitesse de la lumière. Passées la galère des travaux et l’effervescence de la livraison du chantier, le constat est à la consternation. Cette voie prise quotidiennement d’assaut par la horde des travailleurs ayant élu domicile à Abomey-Calavi est, jusqu’à preuve du contraire, d’une importance capitale. A part les riverains et les travailleurs qui ne peuvent s’en passer, il y a qu’il s’agit aussi et surtout d’une voie inter-Etats qui relie le Sud au Centre et au Nord du pays. La densité du trafic sur cette infrastructure est telle qu’elle mérite un entretien de tous les instants. Malheureusement, il n’en est rien. Chaque jour qui passe, des actes d’incivisme et de sabotage sont posés par des citoyens indélicats au nez et à la barbe des autorités.
Exaspéré en son temps par les assauts répétés de certains conducteurs qui prenaient visiblement du plaisir à détruire l’ouvrage, l’ex-maire de la commune d’Abomey-Calavi Patrice Hounsou-Guèdè avait sorti la lourde artillerie. Tout auteur d’accrochage ou d’accident de la circulation ayant provoqué la dégradation du bitume, du terre-plein central ou des feux de signalisation routière était astreint à payer une amende à la hauteur des dégâts occasionnés. Force est de constater que cette mesure salutaire n’a pas été respectée à la lettre. Elle a même été délaissée avec le temps et les fanatiques d’actes d’incivisme se sont rués à cœur joie sur cet axe dégradé par endroits. Georges Bada, le successeur de Patrice Hounsou-Guèdè ne fait pas de l’entretien de cet axe une préoccupation, encore moins une priorité.
La même attitude est observée du côté du ministère des travaux publics censé assurer l’entretien de l’ouvrage en intelligence avec la mairie. Tout se passe comme si les personnes publiques chargées de l’entretien des infrastructures routières n’avaient cure de leur mission. Alors que l’Etat investit chaque année des dizaines de milliards pour réaliser ces ouvrages très vite jetés en pâture aux usagers indélicats de la route. Tant que les pouvoirs publics resteront indifférents et amorphes à la situation, les routes continueront d’être dégradées au quotidien. La preuve, sur l’axe Godomey-Akassato, les terre-pleins centraux n’existent plus par endroits. Quant aux feux de signalisation routière, seuls quelques-uns subsistent. La plupart ont été arrachés par les conducteurs de gros porteurs dans leur furie meurtrière légendaire.
La conséquence de l’inaction des décideurs quant à cette situation, ce sont les cas d’accidents qui se multiplient à un rythme effréné sur cet axe. De jour comme de nuit, du fait de la destruction des feux de signalisation routière et surtout des poteaux électriques, les véhicules accidentés font partie du paysage de cet axe. A la nuit tombée, le règne des ténèbres s’installe et le risque d’accrochage est encore plus élevé. Ils se comptent par dizaines ceux qui ont perdu leur vie sur cette route. Si cette dernière avait bénéficié d’un entretien adéquat, le nombre de cas d’accidents et par conséquent de décès ne serait pas aussi élevé. Les accidents de circulation ne sont pas seulement du fait des conducteurs de véhicules, ils découlent aussi, dans bien de cas, de l’état de la route. La mairie d’Abomey-Calavi et le ministère des travaux publics sont appelés à la barre. Il leur revient de veiller au grain afin que les milliards investis par l’Etat pour réhabiliter cet axe ne soient pas vains.

18-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Energie : Prestation tendance !
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil !
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le renouveau de l’entreprise
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)