Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : La carte universitaire de l’espoir

L’enseignement supérieur béninois est sous les feux de la rampe. Les étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi, notamment ceux de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines (Flash) n’ont pas fini de faire parler d’eux que déjà, une nouvelle polémique enfle. La nouvelle carte universitaire entérinée par le Conseil des ministres n’est pas du goût des élus du peuple qui l’ont vertement signifié à Marie-Odile Attanasso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Contrairement à l’opinion publique qui n’a pas manifesté une vive désapprobation à l’annonce de cette réforme, les députés sont montés sur leurs grands chevaux pour exprimer leur désaccord et exiger que l’ancienne carte universitaire, à l’actif du régime précédent, soit maintenue.
En décidant de réduire la carte universitaire nationale naguère composée de 22 centres universitaires regroupés en 7 universités à 4 universités dont 2 universités multithématiques et 2 universités spécialisées, le gouvernement ne pensait pas s’attirer la foudre des locataires du palais des gouverneurs. Le double objectif économique et sociologique poursuivi par l’Exécutif n’est pas du goût des députés qui ont du mal à digérer cette réforme. En effet, le gouvernement veut mieux maîtriser les dépenses qu’entraîne la multiplication des universités et des centres universitaires. Car, le tout ne suffit pas de créer des entités universitaires. Il faut bien prévoir des dotations budgétaires qui concourent à l’érection des infrastructures et au fonctionnement des nouveaux centres. Plutôt que d’avoir une multitude d’universités, le gouvernement a jugé utile de réduire le nombre pour mieux s’en occuper.
Quant à l’objectif sociologique, il vise la promotion du brassage interrégional. La multiplication des universités éparpillées sur l’ensemble du territoire national pouvait être considérée comme un frein à l’unité nationale. Encore que lorsqu’on prend l’exemple de l’Université d’Abomey-Calavi qui accueille des étudiants en provenance de toutes les contrées du pays, le constat qui se dégage est que des regroupements ethniques et régionaux pullulent à telle enseigne qu’il est difficile aux apprenants d’une région d’aller à la rencontre et à la découverte de ceux d’une autre région. Habité par le souci de la rationalisation des dépenses, de la promotion et du renforcement de l’unité nationale, le gouvernement a agi, conformément à ses prérogatives. Il est alors normal que les députés dont les circonscriptions électorales ont été amputées d’universités ou de centres universitaires soient mécontents.
Voyant la polémique enfler, Marie-Odile Attanasso, ministre de l’enseignement supérieur a trouvé la parade idéale pour se tirer d’affaire. Devant des parlementaires remontés contre l’Exécutif, la ministre a promis œuvrer pour l’instauration d’un cadre de conception d’une carte universitaire consensuelle. Cette annonce a suffi pour que la tension baisse d’un cran. Néanmoins, il serait bienséant que les députés prennent de la hauteur avant de se prononcer sur des dossiers purement techniques. La preuve, ils se sont presque tous indignés du fait que Porto-Novo, la capitale, abrite désormais une université d’agriculture. Tout près de nous au Nigeria, c’est la ville d’Ibadan, qui n’a rien à envier à notre capitale administrative, qui porte une université du même nom pour le compte du Nigeria. Pourquoi ne pas faire de celle de Porto-Novo un fleuron afin que les agronomes francophones de la sous-région qui vont y parfaire leur formation jettent leur dévolu sur le Bénin ?

18-08-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Aujourd’hui le Vingt. En principe, pour les travailleurs de l’administration publique, à cette date et même parfois avant, les salaires tombent. Le (...) Lire  

Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Infidèle sans conscience (...)
16-02-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : Le Fonds culturel sous un nouveau (...)
15-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dans la dynamique des réformes (...)
15-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une douleur qui précède la joie (...)
14-02-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le dialogue pour le dégel social
30-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Remue-ménage à la Cour !
29-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’appel des évêques
29-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)