Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : La fin de la récréation

Ils sont au pied du mur. Les étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi en général et ceux de la Faculté des Lettres, arts et sciences humaines (Flash) en particulier paient le prix de leurs inconséquences. Excédées par les multiples soubresauts liés à la mise en œuvre de la réforme Licence-Master-Doctorat (Lmd) au niveau de la Flash et le refus catégorique des étudiants de s’adapter au nouveau mode d’évaluation qu’exige ladite réforme, les autorités rectorales sont passées à la vitesse supérieure. N’en pouvant plus de tolérer les mouvements de débrayages et les actes de vandalisme et de violence gratuite dont sont passés maîtres les étudiants sous la férule de leurs associations, le recteur de l’Uac vient de siffler la fin de la récréation.
C’est ainsi que le 26 juillet dernier, des sanctions disciplinaires ont été prises à l’encontre de 21 étudiants de la Flash qui se sont illustrés selon l’arrêté rectoral dans l’incitation au boycott de composition, l’instauration d’un climat de troubles en salle d’examens, de la violence avec préméditation et d’agression caractérisée. Pour ces motifs, ils ont été exclus temporairement de toutes les activités académiques de l’Uac pour une période de 5 ans. Deux jours plus tard, le recteur est revenu à la charge. Cette fois-ci, la mesure est un peu plus sévère. Il a décidé en toute connaissance de cause de l’invalidation pure et simple de l’année académique en cours à la Flash. La loi est dure, mais c’est la loi. Sans état d’âme, l’autorité rectorale a tapé du poing sur la table et les étudiants rebelles sont appelés à s’illustrer sur un terrain autre que celui de l’Uac.
Cadre de formation de l’élite mais aussi siège des laboratoires scientifiques, l’Université est un lieu où la violence ne saurait avoir droit de cité. Mais il est noté depuis quelques années une recrudescence de l’usage de la force sur le campus d’Abomey-Calavi. Il est vrai que les années académiques au cours desquelles l’Uac a été exempte de troubles de divers ordres sont rares. Mais ces troubles ont pris de l’ampleur au lendemain de la mesure de gratuité de l’enseignement supérieur décrétée par le régime défunt. La ruée des étudiants vers les facultés de formation classique n’a pas pu être contenue. Les enseignants dont le nombre était déjà limité sont constamment débordés. Quid des infrastructures d’accueil dont les capacités n’ont pas vraiment augmenté eu égard au flux d’étudiants ?
Si certaines revendications des étudiants sont légitimes, il faut reconnaître que leurs modes de revendications sont à déplorer. La force dans ce cas-là ne peut rien résoudre. Et il faut bien qu’à un moment donné, l’Uac se décide à résoudre progressivement ses problèmes. Cela demande de la part de tous les acteurs un certain sacrifice. Il fallait qu’ensemble, dans les limites des prérogatives et attributions de chaque composante de l’Université, que des actions soient initiées pour le bien de la communauté scientifique. Cela n’est pas visiblement du goût des étudiants qui tiennent à ce que les choses se fassent comme ils l’entendent. Encore que l’étudiant n’a pas son mot à dire sur son évaluation. C’est une question académique qui est du ressort exclusif des enseignants. C’est un peu comme si les apprenants demandaient à être associés à la confection des programmes d’enseignement. Brice Sinsin, en prenant cette décision douloureuse, entend rétablir l’ordre et la discipline sur le campus. Désormais, la fermeté sera opposée au laxisme.

3-08-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)