Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : La manne culturelle en suspens

Le gouvernement a tranché. Les événements culturels ne seront plus spontanément financés par les ressources publiques comme ce fut le cas il y a peu. Présent au démarrage de l’édition 2016 de la fête de la Gaani à Nikki, Sacca Lafia, ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, a refroidi les ardeurs des promoteurs de manifestations culturelles. La générosité débordante dont a inlassablement fait montre le précédent régime pour assurer une bonne organisation des grandes rencontres culturelles ne sera pas d’actualité sous la rupture. Sacca Lafia a été on ne peut plus clair. Sans le vouloir, le gouvernement vient d’asséner un coup de massue à certains réseaux dont la spécialité des animateurs est de s’en mettre plein les poches au nom des communautés qui s’évertuent depuis des lustres à perpétuer des traditions ancestrales.
« Si le gouvernement s’y mêle, il va changer la philosophie. Qui donne l’argent va dicter sa volonté et… pour garder la pureté de nos cultures, la sincérité, l’authenticité de nos valeurs, il faut faire en sorte que le politique ne s’y mêle pas ». La motivation du refus du gouvernement de prêter officiellement main forte à l’organisation de la fête de la Gaani et à d’autres rassemblements culturels identiques est tout trouvée. Par le passé, les ressources publiques injectées dans ces types de manifestations ont toujours servi pour une cause politique. Fondamentalement, l’essence même de ces événements ne préoccupe pas les politiciens. Tout ce qui les intéresse, c’est de se pavaner et de jouer aux grands seigneurs au vu et au su de tous, à des fins électoralistes évidemment. Le Nonvitcha, le Wémèxwé, la fête de l’igname à Savalou ou encore le festival du Danxomè à Abomey ont toujours servi de cadres d’exhibition pour les hommes politiques en quête de popularité.
Pour éviter que ce comportement ne devienne la norme au point de prendre le pas sur les manifestations culturelles en question, le gouvernement a pris ses responsabilités. Le fonds d’aide à la culture pourra jouer valablement le rôle de sponsor de ces événements. Mais dans le même temps où les promoteurs de la rupture ont décidé d’assainir le milieu culturel, ils doivent aussi avoir à l’esprit que les rassemblements culturels identitaires n’ont pas de prix et que l’Etat est appelé à les promouvoir et à les sauvegarder. Il ne s’agit pas nécessairement d’injecter des sous au niveau de l’organisation mais de trouver les mécanismes pour que ces fêtes identitaires gagnent en notoriété ici et ailleurs. Nombre de communautés ont réussi aujourd’hui à fédérer un très grand nombre de personnes autour de leurs initiatives culturelles à telle enseigne que celles-ci ont pris une envergure nationale.
Le gouvernement est donc appelé à conserver et à renforcer ces acquis qui sont aussi sources de captation de devises. Toutes les fois que des populations se déplacent en masse d’un point à un autre pour une cause ponctuelle, elles ne manquent pas de mettre la main à la poche, car le séjour implique forcément des dépenses. Les touristes notamment pourraient être aussi attirés par ces rencontres cultuelles et culturelles si le gouvernement travaille pour susciter leur intérêt. La promotion des hôtels mobiles participe d’ailleurs de cette volonté de donner une nouvelle dimension à nos creusets culturels. C’est bien que le gouvernement refuse de s’immiscer dans les affaires culturelles, identitaires, religieuses. Mais ce serait encore mieux s’il avait à cœur la promotion de la culture béninoise tant à l’interne qu’à l’international.

15-12-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Couple tête baissée !!
24-02-2017, Naguib ALAGBE
Sur le revers d’un veston, un long cheveu blond. Dans une poche, la facture d’un romantique restaurant. Et, un discret mais éloquent parfum émanant (...) Lire  

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un os dans la gorge de Talon
9-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une nouvelle Can pour le Bénin
8-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le coup de l’Arcep !
8-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Talon dans l’antre des Soglo
1er-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Apaiser les tensions religieuses
31-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une option inopportune
30-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’école au pied du mur !
30-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 930

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)