Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : La saison des mutations politiques

La recomposition du paysage politique national a démarré, et Edmond Agoua vient d’en donner le top. Sa démission du groupe parlementaire « République, paix et progrès » relance le jeu des positionnements des acteurs politiques à l’orée d’un nouveau régime. Après le départ du pouvoir de Boni Yayi qui est resté dix années durant le maître du jeu, les animateurs de la vie politique représentés à l’Assemblée nationale peuvent à présent prendre leur destin en main. Au lendemain d’une élection présidentielle qui a consacré l’alternance au sommet de l’Etat et en l’absence d’une loi qui interdit la transhumance, les élus du peuple sont tout à fait libres d’évoluer dès à présent au gré des intérêts et des considérations du moment.
La période se prête au jeu des repositionnements car Boni Yayi est à la touche. Ses partisans qui nourrissent l’envie de poser leurs valises dans un autre camp politique ne manqueront pas de le faire, car ils n’ont plus rien à craindre. Riches de 33 députés, les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) font face à un risque d’implosion. Qu’est-ce qui réunit fondamentalement ce groupe de députés si ce n’est la personne de Boni Yayi ? Maintenant qu’ils n’ont plus de directives à recevoir de lui, maintenant qu’ils n’ont plus de projets de lois à soutenir, maintenant qu’ils ne sont plus tenus de défendre bec et ongles les projets de lois de finances, il est évident que chacun d’eux cherchera à voler de ses propres ailes pour se donner une meilleure visibilité.
Il en est de même des députés élus sur les listes des forces alliées aux cauris qui se retrouvent orphelins et quelque peu déboussolés. A la recherche de leurs marques, il n’est pas exclu qu’ils signent un pacte de non agression avec le nouveau régime qui a besoin d’une majorité qualifiée pour l’aboutissement des réformes politiques et institutionnelles qu’il appelle de tous ses vœux. Le même scénario observé dans les rangs des députés de l’Union pour le Bénin du futur (Ubf) en 2006 sera encore d’actualité cette fois. A l’avènement d’un nouveau régime, il y a comme un effet d’entraînement, une ruée dans la cour du nouveau maître avant que d’éventuels désenchantements ne mettent un terme à cette frénésie.
A coup sûr, Patrice Talon en aura pour son compte. Mais les rangs de l’opposition parlementaire ne seront pas pour autant dégarnis, car il y en a qui, du fait de leurs convictions, refuseront de s’aligner. D’autres encore, par orgueil, refusant de ravaler leurs vomissures, vont se classer par dépit dans le rang des contempteurs du régime. Et ce sera une bonne chose pour la démocratie qui se nourrit de la pluralité des opinions. La session ordinaire qui s’ouvrira demain mardi sera riche en surprises. Elle consacrera la rentrée parlementaire après la parenthèse de la présidentielle. A coup sûr, les élus du peuple ont déjà leur plan. Ils se chargeront de le mettre en œuvre comme ils savent bien le faire. Avis aux observateurs de la vie politique nationale. Ils seront servis.

11-04-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
A quoi ça sert ? Telle était la question. Et, tous furent pris de court, cherchant en vain. Pourtant, chacun en usait et en abusait. Et si on (...) Lire  

En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Progressistes et républicains : les (...)
11-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Bloc républicain : une réalité
10-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Amousou libère la parole
4-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réforme des péages
3-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réforme du logement
28-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Sanctions dissuasives !
28-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une sanction pédagogique
27-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Temps additionnel Déception nigériane !!!
27-06-2018, Ambroise ZINSOU
Editorial : Equation Horaires-Rendement !
27-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le Cos dans tous ses états
26-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’équation de la HCJ
26-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révision pour solutions !
26-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Faux théorème corrigé !
26-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial !
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner !
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les merveilles du coton
11-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Réviser le code vestimentaire
7-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Affaire classée
4-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Journées déprogrammées !
31-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Anglais au préalable !
30-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Repenser la sécurité locale
30-05-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | ... | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | 270 | ... | 1530

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)