Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le come-back de la dictée

La dictée est de retour dans les programmes d’enseignement. Ainsi en a décidé le gouvernement béninois via le ministre des enseignements maternel et primaire. Cette nouvelle mesure qui sera effective dès la rentrée prochaine vise une nette amélioration du niveau de langue des écoliers. Sans détour, le ministre Salimane Karimou s’en est pris aux instituteurs et institutrices qui ont abandonné la dictée sous le prétexte de la généralisation des nouveaux programmes d’études. Il recommande expressément aux enseignants qui interviennent au primaire, du cours d’initiation au cours moyen 2ème année de renouer avec cet exercice dont la seule évocation donnait des frissons dans le rang des apprenants au moment où il était incontournable. Et le nouveau régime qui ambitionne de redonner à l’Ecole béninoise ses lettres de noblesse a pris fait et cause pour cette pratique qui a fait ses preuves par le passé.
Convaincu de la pertinence de sa décision, le ministre des enseignements maternel et primaire la motive ainsi qu’il suit : « la dictée apparaît comme l’exercice le plus complet, dans la mesure où, à travers elle, l’enseignant peut apprécier le niveau d’acquisition des connaissances en grammaire, en conjugaison, en vocabulaire et en orthographe de l’apprenant ». Le ministre enfonce davantage le clou en décriant « l’indigence du vocabulaire des écoliers et l’indécence de leur expression écrite ». Remédier à cette faiblesse est le principal objectif qu’il poursuit en insérant à nouveau la dictée dans les programmes d’enseignement. Les enseignants interpellés ne manqueront pas de saisir la balle au bond pour accomplir leur mission. Si au terme de l’année scolaire prochaine, un changement, aussi timide soit-il, n’est pas observé dans le niveau des apprenants du primaire, l’opinion pourra considérer à raison qu’ils n’ont pas pris la peine de jouer convenablement leur rôle.
Si après plus d’une décennie d’abandon par les instituteurs alors qu’elle n’avait jamais été supprimée, le gouvernement recommande fortement le recours à cette technique d’apprentissage et de maîtrise de la langue de Molière, c’est qu’elle est vraiment bénéfique pour les écoliers. Et si la base est faussée au primaire, il sera vraiment pénible pour les enseignants du secondaire de redresser le niveau des élèves. La dictée, comme le disent les pédagogues, est un outil intéressant non seulement pour l’enseignement de la grammaire mais aussi pour le perfectionnement de l’orthographe et l’initiation à un vocabulaire spécialisé. Exercice complémentaire à la lecture et à la rédaction, la dictée place l’élève devant ses propres difficultés et permet à l’enseignant de dresser un tableau des principales lacunes des enfants confiés à ses soins afin de cibler ses interventions.
L’œuvre du redressement du niveau en chute libre des apprenants vient d’être entamée. La tâche ne sera pas de tout repos car le mal est profond. Les parents dont la défaillance dans le suivi de leurs progénitures fait partie des maux qui expliquent la baisse drastique du niveau des scolaires sont appelés à accompagner l’initiative. Il leur reviendra d’inciter davantage leurs enfants à la maison à la lecture afin que ceux-ci enrichissent leur vocabulaire. Jusqu’à nouvel ordre, la langue française a été instituée par le constituant béninois comme langue officielle. Ne pas en maîtriser les règles élémentaires dès le cours primaire pourrait constituer un sérieux handicap pour tout apprenant dans la réussite de ses études. Il est évident que la dictée ne suffira pas à combler les lacunes linguistiques observées depuis quelques années. Mais c’est déjà bien que les pouvoirs publics aient décidé de prendre le taureau par les cornes, car le plus long voyage commence par le premier pas.

29-09-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Grand test diplomatique pour Talon et quatre de ses pairs de la sous-région ! Avec les présidents Roch-Marc Christian Kaboré, Nana Akufo-Addo, (...) Lire  

Editorial : La cité ministérielle : à quelles (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA (...)
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
En toute sincérité : Infidélité dans le couple : (...)
13-10-2017, La rédaction
En vérité : L’Uac au défi de la modernité (...)
12-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ !
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)