Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le défi de la propreté urbaine

L’édition 2016 de la fête nationale approche à grands pas. Le 1er août prochain, le Bénin célèbrera le 56ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Comme c’est le cas depuis le 1er août 1960, les pouvoirs publics s’activeront pour donner un cachet spécial à cet événement. Depuis 2002 où le processus de décentralisation a été mis en branle chez nous, les communes prennent une part active à l’organisation de cette fête. C’est ainsi que chaque année, les services techniques de nos municipalités s’activent dès la deuxième moitié du mois de juillet pour procéder au nettoyage des principales artères de nos cités. Les abords des rues sont nettoyés et peints, la chaussée est balayée, les travaux de désensablement s’intensifient, les tas d’ordures qui naguère jonchaient le sol sont enlevés et les villes donnent l’impression d’être salubres.
Malheureusement, ce bluff, puisque c’en est un, ne dure que le temps d’un clignement de paupières. Sitôt après la clôture des manifestations, l’insalubrité et la mauvaise hygiène reprennent leurs droits. Les mauvaises odeurs, les détritus, les eaux stagnantes, les tas d’ordures, l’encombrement anarchique des trottoirs se font remarquer à nouveau et il en est ainsi jusqu’à la prochaine édition de la fête nationale. Contrairement à certaines villes africaines et même de la sous-région, les communes béninoises sont citées parmi les plus insalubres. Elles ne font leurs toilettes que lorsqu’il y a un événement. Sinon, en temps normal, en l’absence de toute manifestation publique qui requiert un minimum d’esthétique, il ne fait pas bon de s’aventurer sur les artères publiques.
Outre la collectivité publique qui refuse de prendre le taureau par les cornes, les ménages ne sont pas exempts de reproches par rapport à cette situation singulière. Ce sont eux, en effet, qui sont les principaux producteurs de déchets, et au lieu de solliciter les services des Organisations non gouvernementales (Ong) spécialisées dans la pré-collecte des ordures ménagères, ce sont les terrains abandonnés ou les caniveaux à ciel ouvert qui tiennent lieu de dépotoirs. Comme si cela ne suffisait pas, les citadins ne se posent pas mille et une questions avant de se débarrasser des déchets qu’ils produisent lors de leurs déplacements à travers les villes. L’absence de poubelles ne suffit pas à expliquer ce laisser-aller car même dans les rares endroits où les poubelles existent, les Béninois préfèrent jeter leurs déchets à même le sol, comme pour dire que la puissance publique se chargera du nettoyage.
Outre les citoyens récalcitrants qui ne facilitent pas la tâche aux services techniques des mairies, le service public a suffisamment montré ses limites en matière d’assainissement et de promotion de l’hygiène. Il appartient en effet aux mairies de veiller au maintien de l’hygiène et de la salubrité publique notamment en luttant à temps et à contretemps contre l’insalubrité, le dépôt des ordures ménagères sur la voie publique, l’ensablement de la chaussée, le curage régulier des caniveaux… La promotion des règles d’hygiène participe aussi de la préservation de la santé publique car la propreté éloigne plusieurs maladies. Mieux, il fait toujours bon vivre dans une ville propre et attrayante que dans une cité insalubre où les déchets disputent la place aux habitants. C’est bien de veiller à la salubrité dans le cadre de la fête nationale, mais c’est encore mieux d’en faire un état permanent le long de l’année, afin que la propreté urbaine soit désormais la règle et l’insalubrité, l’exception.

13-07-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Couple tête baissée !!
24-02-2017, Naguib ALAGBE
Sur le revers d’un veston, un long cheveu blond. Dans une poche, la facture d’un romantique restaurant. Et, un discret mais éloquent parfum émanant (...) Lire  

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un os dans la gorge de Talon
9-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une nouvelle Can pour le Bénin
8-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le coup de l’Arcep !
8-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Talon dans l’antre des Soglo
1er-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Apaiser les tensions religieuses
31-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une option inopportune
30-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’école au pied du mur !
30-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 930

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)