Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le Fac à l’heure du renouveau

La tension monte dans le rang des acteurs culturels. Depuis l’annonce de la suspension des activités du Fonds d’aide à la culture, c’est le branle-bas dans ce secteur. Les artistes mobilisés, qui pour approuver la mesure, qui pour la dénoncer, qui encore pour proposer de nouveaux modes de gestion de cette manne financière, montent au créneau avec à la clé des initiatives diverses. C’est ainsi que Ange N’koué, le nouveau ministre de la culture a déjà reçu plus d’une fois à son cabinet la visite des animateurs culturels mécontents de sa décision. A tout point de vue, l’actualité relative à la gestion du Fonds déchaîne les passions. Car, au fil des ans, malgré l’augmentation de la cagnotte, cette structure s’apparente beaucoup plus à une vache à lait qu’à un instrument d’épanouissement des artistes et de développement du pays.
Au départ, une enveloppe de 250 millions a été mise à la disposition du Fonds. Mais avec l’avènement de Boni Yayi au pouvoir, la donne a considérablement changé. Une première augmentation a porté cette manne à 1 milliard. Ensuite, cette dotation budgétaire est passée à 3 milliards puis à 5 milliards. Il n’en faut pas plus pour que les artistes qui se considèrent comme les bénéficiaires exclusifs de ce Fonds nourrissent un intérêt croissant pour cette entité dont l’impact des interventions sur l’amélioration de la qualité des œuvres de l’esprit et la promotion de la culture béninoise reste mitigé. La guéguerre tenace entre les experts et les administrateurs du Fonds illustre déjà l’ambiance délétère qui y règne. Les uns estiment en effet que les autres ne tiennent pas souvent compte de leurs opinions pour octroyer les fonds publics aux projets soumis à financement.
Pendant que le Bénin s’enlise dans une crise sans fin du simple fait de la cupidité de certains acteurs culturels qui ont trouvé le bon filon pour s’en mettre plein les poches, les pays de la sous-région brillent sur la scène internationale. Les œuvres de bonne facture des artistes Nigerians, Ivoiriens, Sénégalais et Burkinabé, pour ne citer que ceux-là, inondent le marché et sont consommées sans modération. Dans le même ordre d’idées, les animateurs culturels locaux sont quasiment absents des grands rendez-vous culturels internationaux, par faute de moyens et ou d’encadrement. Le Festival des musiques urbaines d’Anumabo (Femua), le Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco), le Marché des arts et spectacles africains (Masa) ou encore le prestigieux Festival de Cannes n’enregistrent pas souvent des participants béninois.
Le Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) qui demeure un label malgré tout, ne s’organise pas sans couacs. C’est une aberration qu’un événement culturel de cette envergure soit sujet à de tels atermoiements. C’est en cela que la réforme voulue par les nouvelles autorités est salutaire, car il n’y a pas que la musique qui promeut la culture d’un pays. Le théâtre, la danse, les arts plastiques, la littérature, le cinéma sont aussi des secteurs clés à promouvoir. Il en est de même pour les musées, les bibliothèques, les espaces de prestation des artistes qui doivent être soit érigés, soit réhabilités. Et lorsqu’on revient à la chanson, il n’existe pas chez nous des industries musicales dignes du nom. A lui tout seul, le même artiste joue le rôle d’auteur, d’interprète, de producteur, de manager, de musicien et que sais-je encore. Les talents existent à foison. Il faut tout simplement les détecter et les mettre en valeur. C’est peut-être l’ambition nourrie par le nouveau ministre. Mais encore faudrait-il qu’il s’assure, à la levée de la suspension, que chaque franc décaissé par l’entremise du Fonds serve réellement et véritablement la promotion de la culture béninoise, sous toutes ses formes et dans tous ses aspects.

16-06-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir !
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction
En vérité : Une histoire d’unanimité !
21-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’Afrique si pauvre et si riche
21-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1170

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)