Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le pain à polémique

Quelle qualité de pain consommons-nous au Bénin ? Mangeons-nous sainement ou au contraire sommes-nous en train de creuser nos tombes avec nos dents ? Des interrogations légitimes mais qui demeurent hélas sans réponses. Le 8 juin 2016, le gouvernement avait cru devoir taper du poing sur la table. Le Conseil des ministres avait alors décidé d’assainir la corporation des boulangers. « Des actions d’assainissement du marché du pain sont indispensables », avait notifié le relevé du conclave gouvernemental. Dans la foulée, le ministre du commerce et de l’industrie avait vertement tancé les boulangers et pâtissiers qu’il a accusés de commercialiser des produits impropres à la consommation. Mais, fait surprenant, la polémique née de cette levée de boucliers s’est vite estompée.
Sauf preuves contraires, Lazare Sèhouéto et ses collaborateurs ont rangé les armes. Il y a quelques mois, ils ne se sont pas gênés pour jeter l’émoi dans le rang des consommateurs de pain. A les en croire, le pain produit au niveau local avec la farine de blé contient des substances toxiques. Cancérigène à souhait, le bromate de potassium intervient dans la fabrication du pain salé très prisé par les populations. Cette substance, utilisée à une faible température conserve son caractère nocif en engendrant des effets néfastes sur le foie et les reins. Mais les services compétents du ministère de l’industrie et du commerce n’ont pas les moyens nécessaires pour effectuer des contrôles inopinés afin de cibler les boulangeries modernes ou traditionnelles qui vendent la mort à leurs clients.
Indexés et mis au banc des accusés, les boulangers et pâtissiers, par la voix de leurs représentants, ont rejeté le réquisitoire dont ils sont la cible. Il faut croire que leur combat a porté ses fruits, car depuis qu’ils ont commencé par monter au créneau, les voix les plus autorisées du ministère du commerce qui donnaient l’impression de vouloir préserver la santé des populations se sont tues. Des actions de répression avaient même été annoncées et une certaine opinion s’était trop vite réjouie de ce réveil salutaire. Comme à l’accoutumée, la désillusion n’a pas tardé à s’annoncer. Et depuis, plus rien. Chaque jour, des quantités impressionnantes de pain salé et sucré sont déversées sur le marché local. Les Béninois qui raffolent de cet aliment ne boudent pas leur plaisir. Mais jusqu’à quand va durer cette apathie des autorités ?
Au-delà de cette lutte acharnée contre les fabricants de la mort que nous appelons de tous nos vœux, il est également temps de songer à la promotion du pain produit sur la base des céréales locales. Le 29 juillet 2016, lors de l’Assemblée générale de l’Association nationale des propriétaires et exploitants de boulangeries et pâtisseries du Bénin (Anapeb), Lazare Sèhouéto, ministre du commerce et de l’industrie déclarait ceci : « nous devons décourager la fuite de nos devises vers des producteurs de blé que nous nourrissons alors que nos paysans meurent de faim ». Un an après, rien n’a bougé. La farine de blé importée a toujours pignon sur rue. Visiblement, le ministre a de nouveau jeté le manche après la cognée. Comme quoi, la recherche et la promotion de l’intérêt général tardent à rentrer dans les habitudes des pouvoirs publics. Jusqu’à preuve du contraire, au Bénin, chacun s’assoit, Dieu le pousse.

20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)