Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le règne de l’insalubrité

Quand disposerons-nous de villes propres, assainies et attrayantes ? Lorsque les élus communaux et locaux à qui incombe en priorité l’accomplissement de cette mission prendront conscience de leur rôle au sein de la société, ce rêve pourra connaître un début de réalisation. Installés confortablement dans leurs sièges, à bout d’initiative, d’innovation et de volonté, les membres des conseils communaux et locaux ne savent pas quoi faire et se tournent les pouces. L’immensité des défis auxquels ils font face refroidit leurs ardeurs et tue dans leurs esprits tout élan de développement. Rares sont ceux qui osent, qui bougent dans l’optique de laisser à la postérité des signes tangibles de leur passage. Pourtant, on n’attend pas d’eux des miracles, mais de petites actions qui, accomplies avec enthousiasme, induisent des changements qualitatifs.
La propreté urbaine est un terrain sur lequel les élus locaux sont attendus, mais hélas, ce point figure dans le registre des divers sur leurs feuilles de route. C’est un secret de polichinelle que d’affirmer que les villes béninoises végètent dans une insalubrité notoire. Les services de voirie, laissés-pour-compte, sont incapables, surtout du fait du déficit de moyens techniques, de combler les attentes. Pourtant, ce n’est pas trop demander aux maires et aux chefs d’arrondissement de veiller à la propreté des voies, au curage régulier des caniveaux, surtout ceux à ciel ouvert et à l’enlèvement quotidien des ordures. Un peu partout dans nos villes, les tas d’ordures sont visibles et polluent l’environnement. Que dire du sable déposé constamment sur la chaussée par les véhicules et qui, faute de balayage, forme des dunes qui ne manquent pas de provoquer des accidents.
A elle seule, la ville de Cotonou produit 708 000 tonnes d’ordures par jour. Les moyens de la municipalité et sa politique de salubrité ne permettent pas d’enlever au quotidien cette quantité impressionnante de déchets. Porto-Novo, Parakou, Abomey-Calavi, Bohicon, Sèmè-Podji, Djougou, pour ne citer que ces communes, n’échappent pas à ce phénomène même si l’ampleur n’est pas la même partout. Quant aux ménages, ils ne facilitent pas non plus la tâche aux décideurs locaux car un grand nombre d’entre eux refusent obstinément de s’abonner aux structures de pré-collecte des ordures ménagères, encore que celles-ci ne sont pas exemptes de reproches. Dans bien de cas, par défaut de site de décharge finale, les ordures collectées sont déversées sur des terrains nus à la périphérie des villes ou dans les marécages.
Les efforts sporadiques des mairies tendant à assainir le cadre de vie des populations comme c’est le cas actuellement à Cotonou et Abomey-Calavi sont loin d’être suffisants. Au-delà de la volonté politique qui fait défaut, il faut impliquer les citoyens dans l’assainissement de leur cadre de vie. Les séances hebdomadaires de salubrité sous l’égide des chefs de quartiers de ville peuvent éveiller et renforcer chez certains la recherche constante de la propreté. Cela passe aussi par l’équipement des espaces publics de poubelles adaptées et l’éducation des populations qui vivent dans des zones insalubres à prendre conscience du danger auxquelles elles s’exposent. Une ville propre, un cadre de vie sain, c’est le gage d’une bonne santé et de l’épanouissement collectif.

21-04-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)