Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le requiem des perdiems

A l’entame de la compétition électorale, Patrice Talon avait promis la rupture à ses compatriotes. Maintenant qu’il est parvenu à se faire élire à la tête de l’Etat, son gouvernement ne cesse de bouleverser les habitudes. Comme c’est le cas depuis le 13 avril 2016, date de la tenue du premier Conseil des ministres à l’actif du Nouveau départ, des décisions majeures, controversées le plus souvent, sanctionnent les travaux de ce conclave ministériel. La dernière en date qui fait couler beaucoup d’encre et de salive est la suppression des perdiems alloués au titre des travaux en commission dans les ministères. Un coup dur pour les fonctionnaires habitués à ces facilités et qui auront du mal à s’en passer.
Sans plus attendre, les ministres s’évertuent à traduire dans les faits cette résolution qui fait jaser. En effet, les fonctionnaires ont trouvé par ce biais la formule idéale pour arrondir les fins du mois à telle enseigne que des commissions sont systématiquement créées dès qu’il s’agit de réaliser la plus petite activité. Par le passé, avec la complaisance des ministres, des inspecteurs généraux des ministères et des contrôleurs financiers, les sous du contribuable, destinés à une mission d’intérêt général, sont généreusement puisés dans les caisses du Trésor et finissent leur course dans les poches des particuliers. A quoi servent donc les salaires et primes, si avant d’accomplir la tâche la plus insignifiante, il faut recourir à la création d’une commission ? Au fil du temps, le réflexe dans l’administration publique consiste à trouver les voies et moyens pour gagner de l’argent. C’est dire que le souci de la pertinence et de l’efficacité des actions n’est pas vraiment de mise.
Si encore, les multiples commissions créées çà et là étaient vraiment utiles pour la satisfaction de l’intérêt général, personne ne s’en plaindrait pour autant. Mais il se fait, et c’est un secret de polichinelle, que la performance n’est pas la chose la mieux partagée au sein de l’administration publique. Dans deux mois, le Bénin célèbrera son 56ème anniversaire d’accession à la souveraineté internationale. Mais le rapport du Béninois avec le bien public est toujours aussi préoccupant. Lorsqu’il s’agit de préserver le patrimoine national de tout acte de prédation, chacun cherche plutôt à y puiser le maximum pour satisfaire ses propres intérêts. C’est la mode au niveau de l’appareil d’Etat où les fonds publics sont convoités et traqués sans répit. Encore heureux que le gouvernement de la rupture n’ait pas hésité à fermer les vannes de cette source de dilapidation de devises.
Ce trafic largement répandu sera définitivement conjugué au passé si les nouveaux gouvernants veillent au grain. Ingénieux comme ils sont, les fonctionnaires friands de facilité, s’activent déjà dans les laboratoires pour inventer de nouvelles recettes, de nouvelles formules, de nouvelles idées afin de contourner ce nouvel obstacle. Le gouvernement, dans un souci d’économie et de rationalisation des dépenses publiques, ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. La réduction du nombre des ateliers et séminaires, organisés de manière intempestive, le plus souvent à des centaines de kilomètres des sièges des administrations concernées, toujours dans le but de mobiliser des perdiems consistants, est impérative. Les ressources limitées qui sont les nôtres peuvent faire le bonheur du plus grand nombre et non de quelques privilégiés. Nos autorités donnent pour l’instant l’impression de s’inscrire dans cette dynamique. L’essentiel est de maintenir le cap, envers et contre tout.

8-06-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Mérite à la Rupture !
11-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Pour la Rupture et le président Patrice Talon, le risque politique est énorme. Mais, audace en deçà, lâcheté au-delà. Ça, c’était avant. A l’époque où (...) Lire  

En vérité : Vivres détournés et indignité (...)
7-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil diplomatique
7-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un réquisitoire signé Mahougnon (...)
6-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le budget selon l’opposition
6-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un cadeau suspect
5-12-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Mérite à la Rupture !
11-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil diplomatique
7-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le budget selon l’opposition
6-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un cadeau suspect
5-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La bombe à retardement
29-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’appel de Léhady Soglo
28-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Viol en crescendo !
27-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Repenser les fêtes identitaires
27-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir !
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction
En vérité : Une histoire d’unanimité !
21-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’Afrique si pauvre et si riche
21-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1170

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)