Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Les bus de la mort

Ils sèment la mort sur nos routes. Avec une rage morbide à peine contenue et une envie toujours renouvelée de faire couler du sang, par leur laxisme, les promoteurs des compagnies de transport par voie terrestre font des victimes en série. Hormis quelques-uns qui prennent le maximum de mesures et de précautions pour éviter ou limiter ces drames, il y en a qui ont du plaisir à voir leurs bus occasionner des dégâts sur la voie publique, avec à la clé des blessés et des pertes en vies humaines. Ce qu’ils savent faire le mieux, c’est inviter le deuil et le désarroi dans les familles. A peine les populations ont le temps de se remettre de leur émoi suite à un drame occasionné par ces bus de la mort, que déjà un autre se produit. Les bilans macabres à leur actif méritent que des actions corsées soient initiées à leur encontre pour arrêter la saignée.
Les services compétents du ministère des transports sont interpellés. Quels sont les critères à remplir pour obtenir l’agrément du transport collectif des personnes ? Des contrôles inopinés sont-ils effectués pour vérifier l’état technique des bus ? Que fait le Centre national de la sécurité routière (Cnsr) pour s’assurer que les conducteurs de ces bus roulent à une vitesse modérée ? Les compagnies réputées dans la promotion de la mort sont-elles sanctionnées ? Combien d’entre-elles ont déjà fait l’objet d’un retrait d’agrément ? Voilà autant d’interrogations qui demeurent sans réponse. La récurrence de ces drames impliquant la plupart du temps les mêmes compagnies de transport en commun indique clairement qu’elles ne sont assujetties à aucune sanction. Bénéficiant de la complicité de quelques cadres haut perchés, leurs promoteurs continuent impunément de jouer avec la vie de leurs passagers.
En dehors d’une poignée de compagnies nationales réputées dans l’art d’occasionner la mort, celles étrangères sont leaders dans ce championnat macabre. Les bus en destination des pays de l’hinterland sont de véritables cercueils roulants. L’excès de vitesse et la violation permanente du code de la route sont leurs marques déposées. En témoigne le récent drame d’Okounfo dans la commune de Savè où le chauffeur du bus a voulu disputer le passage à un train. Les cas d’accidents meurtriers à leur actif sont légions. En apparence, aucune sanction n’est prise contre ces compagnies qui considèrent nos axes routiers comme des pistes de formule 1 où la vitesse excessive est de mise. Dans le même temps, les passagers dont les vies sont en danger dans ces bus laissent faire sans protester. Dans ces cas, le silence et la passivité conduisent hélas à la mort.
Maintenant plus que jamais, le contrôle doit être de mise. La vie humaine est trop sacrée pour être bafouée de la sorte. Les services compétents du ministère des transports doivent impérativement et de manière constante taper du poing sur la table. Il leur faut œuvrer pour prévenir ces accidents et à défaut sanctionner avec la dernière rigueur les compagnies coupables de légèreté et de laxisme. Heureusement qu’il y en a dans le lot qui font preuve d’un minimum de responsabilité dans le transport des passagers. Mais les quelques-unes qui ont ris fait et cause pour la mort doivent être découragées. Des sanctions sévères et exemplaires allant jusqu’au retrait des agréments doivent pouvoir être appliquées pour le bien de tous. Au-delà de la sensibilisation, le Cnsr a un grand rôle à jouer dans cette croisade que nous appelons de tous nos vœux.

28-06-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)