Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Les députés face à l’histoire

Il est en phase avec ses promesses électorales. Lorsqu’il convoitait le pouvoir d’Etat, Patrice Talon avait bâti sa stratégie de conquête de l’électorat sur des propositions allant dans le sens des réformes. Sur ce plan, depuis le 6 avril dernier, les Béninois ont été servis à profusion. Le signal de la consécration de tous ces changements annoncés et amorcés a été donné hier par le Conseil des ministres qui a validé le projet de révision de la Constitution. Conformément aux dispositions de l’article 154 de la loi n°90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin, le chef de l’Etat vient d’annoncer les couleurs. Dans les heures qui suivent, ce projet qui fait couler beaucoup d’encre et de salive sera déposé sur la table des députés. Les minutes sont donc comptées pour qu’ils soient sous les feux de la rampe.
Au soir de sa carrière politique, Adrien Houngbédji, qui tient les rênes de l’Assemblée nationale, dispose d’une occasion en or pour impacter ses compatriotes dans le sens qu’il lui plaira. Soutien affiché des actions du chef de l’Etat, c’est sous ses directives et son orientation que ses pairs députés auront à se prononcer plus d’une fois sur ce texte émanant du gouvernement. La Commission des lois devra d’abord statuer sur le projet avant que la plénière ne soit appelée à valider ou rejeter ses conclusions. Cette étape est fondamentale dans le sort qui sera réservé à ce projet phare du gouvernement. Boni Yayi qui nourrissait la même ambition que Patrice Talon a dû se résoudre à laisser ses rêves partir en fumée suite au blocage opposé par la commission des lois présidée à l’époque par Hélène Aholou Kèkè.
Patrice Talon a joué sa partition. La balle est dans le camp des députés qui se réservent le droit, s’ils valident le projet, de le conduire à son terme ou à défaut permettre au peuple d’opiner par voie référendaire. Cette dernière option était d’ailleurs préférée par le chef de l’Etat. Mais il s’est ravisé suite aux mises au point effectuées par la Cour constitutionnelle. Même si plusieurs voix s’élèvent pour solliciter le recours au référendum, cela ne pourra être possible que si le vote des élus du peuple est en deçà d’un certain pourcentage ainsi que le dispose l’article 155 de la Constitution. « La révision n’est acquise qu’après avoir été approuvée par référendum, sauf si le projet ou la proposition en cause a été approuvé à la majorité des quatre cinquièmes des membres composant l’Assemblée nationale ».
Le projet devient officiel dès à présent. Les députés sont prioritairement concernés par le sort qui lui sera réservé. Les rumeurs les plus folles ont circulé à leur sujet ces derniers jours. Leur responsabilité est grande devant l’histoire. Pour une révision de confort comme celle-là, ils ont l’obligation de s’assurer que ce toilettage se fasse dans la plus grande sagesse. Si des changements se font au hasard ou de manière fantaisiste, le Bénin se portera plus mal qu’il ne l’est avec la Constitution actuelle. Des innovations majeures sont introduites dans la nouvelle mouture de la loi fondamentale. Le débat se fera non seulement à l’hémicycle mais aussi avec les forces vives de la nation. Si les députés ont la prétention d’avoir le dos suffisamment large pour endosser la responsabilité de cette révision annoncée, ils agiront en conséquence. Mais si a contrario, il leur plaît de permettre au peuple de décider par lui-même, ils sauront aussi quoi faire.

16-03-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
On a du mal à le croire. Mais, les images prises par des journalistes de CNN nous obligent à nous rendre à l’évidence. Dans la Libye d’aujourd’hui, (...) Lire  

Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Bande d’orduriers !
17-11-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : La polémique de la gratuité au (...)
16-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cité éclairée, conseillers acclimatés (...)
16-11-2017, Isac A. YAÏ
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’appel au social entendu !
30-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Ministre… malgré tout
30-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Des tueurs silencieux
26-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La Police républicaine arrive !
24-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le veto du parlement
24-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dantokpa bientôt à Adjagbo !
23-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le combat de l’internet
23-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1140

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)