Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Les enjeux brûlants de 2016

Lentement mais sûrement, Boni Yayi égrène ses derniers jours à la tête de l’Etat. Son successeur qui sera désigné par les populations au terme de la présidentielle dont le 1er tour est fixé au 28 février prochain héritera d’un pays où les urgences et les priorités sont au coude-à-coude. Malheureusement, à moins de trois mois de ce scrutin, très peu de présidentiables font cas des véritables préoccupations des populations. Le pain et l’eau, c’est le préalable que réclament les Béninois. Tant qu’une bonne partie du peuple continuera de végéter dans la précarité, tant qu’il ne sera pas possible aux fils et aux filles de ce pays de songer à l’avenir avec un brin d’enthousiasme, il leur sera difficile de voir plus loin que le bout de leur nez.
Une fois que cette question préjudicielle aura été réglée, il faudra sans état d’âme, prendre le taureau par les cornes, c’est-à-dire remettre les Béninois au travail. En dehors du secteur privé dont les investisseurs et les employés sont condamnés à la productivité au risque de se retrouver sur le carreau, le secteur public végète dans une certaine léthargie. Que les fonctionnaires travaillent ou pas, ils ont la garantie du salaire et des primes. Le défi à ce niveau est d’actionner les leviers pour que l’agent public soit habité par le souci de la performance, à quelque niveau où il se trouve. Car, pour conduire la politique de la nation, le prochain chef de l’Etat a besoin de s’appuyer sur l’administration.
Cela suppose également que le rapport du Béninois avec le bien public s’établisse sous l’angle du patriotisme et du sacrifice de soi pour la nation. C’est un impératif auquel on ne saurait se dérober plus longtemps. Le développement a un prix. La quête de l’épanouissement de chacun et de tous aussi. Il faut pouvoir le payer, car « qui laboure au soleil, mangera à l’ombre ». Le minimum que les Béninois puissent faire pour leur pays, c’est de se rendre disponibles pour lui et de travailler à son rayonnement. Ce mouvement d’ensemble ne peut être impulsé que par celui ou celle à qui les rênes du pays seront confiées. Le bon exemple tout comme le mauvais vient toujours d’en haut.
Enfin et c’est peut-être le plus difficile, le futur président de la République devra s’engager à valoriser pendant tout son mandat l’expertise locale. Des ressources humaines de qualité, le Bénin en regorge et dans pratiquement tous les domaines. Sous d’autres cieux, nos compatriotes émerveillent et enchantent. Mais la « béninoiserie » les empêche hélas de s’exprimer chez eux. On peut bien être prophète chez soi. Pour ce faire, il suffit que les nôtres se débarrassent de cette méfiance permanente qui leur colle à la peau afin de mutualiser les réflexions et actions pour des lendemains meilleurs. Si le successeur de Boni Yayi parvient à lever ce blocage sociologique, les résultats tant espérés dans les secteurs clés que sont l’éducation, la santé, l’économie, les infrastructures, l’énergie, l’agriculture, l’eau… se feront ressentir, à la satisfaction de tous. Messieurs et mesdames les présidentiables, celui d’entre vous qui obtiendra les faveurs du peuple a du pain sur la planche. Pourvu qu’il ne se trompe pas de combat !

3-12-2015, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Les paradigmes de l’espérance !
22-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
L’Afrique, un continent pauvre mais, grâce à ses atouts, un continent d’avenir. Ça, le Pape François en est convaincu. Et, au tréfonds de son cœur, (...) Lire  

Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la (...)
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
Kakpo Florent, Ahouandjinou Séraphin, Montcho (...)
17-05-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Corrompus sur le qui-vive !
16-05-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la femme
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Corrompus sur le qui-vive !
16-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : 4 en liste, 3 sur la piste !
15-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le péril du vieux pont
15-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dialogue et accord durable !
14-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Vers un nouveau pacte social
14-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chantier pour Hercule !
9-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’Unamab avait tout faux !
7-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les coupables à la barre
7-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un signal fort !
3-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le report de trop
3-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Transhumance à problèmes
2-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les attentes du Ravip
2-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Année sauvée mais…
30-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Année sauvée mais…
30-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Jeunesse, grande inquiétude !
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1320

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)