Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Les étudiants face à leur destin

Sur le campus universitaire d’Abomey-Calavi, les étudiants et les enseignants sont toujours à couteaux tirés. Les multiples séances de médiation initiées qui par le vice premier ministre, qui par le maire de la commune, qui encore par certains présidentiables n’ont encore produit aucun résultat. Obstinément, les étudiants ne jurent que par le rétablissement de la seconde session. Toutes les solutions préconisées par les divers intervenants y compris les enseignants n’ont pas trouvé grâce à leurs yeux. Pour eux, la seule porte de sortie reste la satisfaction intégrale de leur principale revendication. Pendant qu’ils font la sourde oreille aux sollicitations dont ils font l’objet, les jours, les semaines, les mois s’écoulent sans aucune avancée. Et le risque de l’invalidation de l’année académique dans certaines entités et du second semestre dans d’autres est plus qu’évident.
Sans occulter la pertinence de la lutte que mènent les étudiants depuis de longs mois, ils donnent l’impression d’en faire un peu trop. Ce n’est pas parce qu’une cause est légitime qu’il faut demeurer imperméable à toutes les formes de médiation. Lorsqu’il y a un bras de fer, les deux parties, pour sauver la face, sont obligées de lâcher du lest de part et d’autre. Les enseignants de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines (Flash) ont donné leur accord pour la seconde session, mais uniquement à l’endroit des absents. Même si cette mesure ne concerne pas l’ensemble des étudiants qui ont composé pour la première session, c’est quand même une avancée. En effet, les raisons ne manquent pas pour soutenir le conseil pédagogique de la Flash dans sa logique.
Au terme d’une session de composition, les 200 enseignants de cette entité ont plus d’une dizaine de millions de copies à corriger. Un travail harassant, pénible et hélas, souvent bâclé. Dans ces conditions, on comprend que des notes médiocres soient souvent attribuées aux étudiants victimes innocentes du système. Les mêmes difficultés liées à la correction des copies sont aussi inhérentes à la diffusion du savoir. Plus le nombre d’apprenants est élevé, plus l’enseignant se contente de faire le service minimum.
C’est bien beau de revendiquer des droits à travers la grève, mais l’idéal serait que les étudiants mettent enfin un terme à ces mouvements qui au fond les pénalisent plus qu’ils ne les avantagent. Dès le mois d’août, l’université est traditionnellement fermée du fait des congés administratifs. A la reprise en septembre, les regards seront tournés vers la prochaine année académique. Les étudiants feraient mieux de surseoir à la grève, encore que leurs camarades emprisonnés lors des affrontements avec les forces de l’ordre ont été libérés par le juge. Inévitablement, l’année académique en cours est compromise. Même si le premier semestre peut être sauvé par endroits, le second sera forcément envisagé pour l’année prochaine. Ce qui équivaut à un redoublement pur et simple.
Le message des étudiants a été capté non seulement par la communauté universitaire mais aussi par l’opinion publique. Les autorités rectorales et décanales en tiendront forcément compte. Il ne reste plus que les mots d’ordre de grève soient levés et qu’un compromis soit trouvé au plus tôt.

23-07-2015, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)