Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Mettre fin à l’impunité

Il y a neuf ans, Boni Yayi a conduit une marche historique à travers la ville de Cotonou. A pas de charges, le corps dégoulinant de sueur, l’ex chef de l’Etat manifestait ainsi de manière symbolique sa ferme intention de lutter férocement contre ce fléau qui handicape sérieusement le développement du pays. Dans la ferveur populaire, beaucoup avaient cru au lever d’un nouveau soleil. Hélas, la mayonnaise n’a pas pris et loin de se résorber, ce phénomène n’a de cesse de prendre de l’ampleur. Le 31 juillet 2010, à l’occasion de son discours officiel entrant dans le cadre de la commémoration des 55 ans d’indépendance du Bénin, Boni Yayi avait reconnu publiquement que ce mal pernicieux persiste et s’étend à cause de l’impunité.
Cet aveu met le doigt sur la plaie qui se gangrène chaque jour un peu plus. Les scandales, les irrégularités, les malversations sur fond de détournements de deniers publics polluent l’environnement. A maintes reprises, plusieurs responsables publics ont été indexés, mais ni l’administration, ni la justice n’a encore sanctionné de manière ferme les mis en cause. Dans un Etat de droit comme le nôtre, outre les sanctions administratives qui relèvent de l’exécutif après que toutes les responsabilités ont été situées par un organe de contrôle certifié et compétent, la justice est aussi appelée à agir en matière pénale. Sur les tables des magistrats, trônent plusieurs dossiers qui attendent d’être vidés. Mais la lourdeur judiciaire étant ce qu’elle est, il faut prendre son mal en patience et espérer que les juges finiront par se prononcer.
Au-delà des responsables administratifs mis en cause et dont certains se retrouvent en liberté après quelques mois ou quelques années passés en détention sans autre forme de procès, il est de bon ton que les responsables politiques aussi, notamment les ministres subissent la rigueur de la loi. Mais il se fait que l’organe constitutionnel mis en place pour s’occuper des personnes ayant ce statut n’a jamais fonctionné à ce jour, à cause d’un handicap politique : le quitus du parlement à une majorité qualifiée avant toute poursuite. A plusieurs reprises, des ministres ont été cités dans certains dossiers. Mais tant que ce blocage ne sera pas levé, il n’y a pas de chance qu’ils passent devant cette juridiction pour laver leur honneur ou à défaut réparer le tort commis à la société dans l’exercice de leurs fonctions.
Mais avant la punition, il faut mettre l’accent sur la prévention, notamment au niveau des services qui sont en contact permanent avec les usagers. L’instauration de guichets uniques dans les préfectures, les tribunaux, à la direction de l’immigration, à la direction de l’enregistrement pour ce qui concerne les impôts ou dans les directions départementales des travaux publics pour la délivrance de certaines pièces telles que la carte d’identité nationale, le passeport ou encore le permis de conduire pourrait être envisagée. Il en est de même des diligences à effectuer pour la délivrance à temps de certains actes. A côté de ces mesures dissuasives, il faudra impérativement mettre l’accent sur la sanction pour freiner le zèle au détournement ou à la gabegie des responsables administratifs et politiques dans l’accomplissement de leurs missions. Mais là encore, la balle est à la fois dans le camp de l’exécutif et du judiciaire.

5-07-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’école à nouveau dans la tourmente
19-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Ils ont repris du service. L’Ecole béninoise est à nouveau prise en otage. La période d’accalmie n’a duré que le temps d’un clignement des paupières. (...) Lire  

En vérité : Trois tickets ‘‘dauphinat’’ à (...)
19-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Tribune verte : Passons en mode renouvelable (...)
19-01-2017, La rédaction
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon (...)
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE
editorial : La violence religieuse en vogue
11-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Merci !
23-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
editorial : Libérez la parole !
22-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
editorial : Le mariage de raison
20-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La manne culturelle en suspens
15-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Soumission ou sanction
13-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : L’amalgame syndical !
7-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne !
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La croisade pour la paix
21-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Rembourser les fonds …messieurs !
16-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La tournée présidentielle
14-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le péché du faucon
14-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : La carte anti corruption !
9-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 900

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)