Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Ouidah face à son destin

Il aura lutté jusqu’au bout. Mais en vain. Cette fois-ci, ses adversaires ont eu le dernier mot. Sévérin Adjovi n’est plus le premier citoyen de la commune de Ouidah. La tension qui couvait entre lui et la majorité des conseillers communaux a finalement eu raison de lui. Sur ce coup, sa grande expérience politique ne lui a été d’aucune utilité. La stratégie de diversion et de démobilisation à laquelle il a fait recours in extremis n’a pas non plus porté ses fruits. Vertement remontés contre l’ex maire, la plupart des conseillers communaux, ne voulant pas subir un second camouflet au terme du vote de défiance, ne se sont pas laissés distraire. La suite, nous la connaissons. Vendredi dernier, c’est par un vote sans appel que Sévérin Adjovi a été destitué de son poste de maire.
La bataille judiciaire qui reste son dernier recours ne saurait faire oublier l’essentiel : le développement de la commune de Ouidah. Les frondeurs sont maintenant face à leurs responsabilités. Après avoir accusé à temps et à contretemps Sévérin Adjovi de tous les maux qui entravent l’épanouissement de la cité historique, il leur incombe de dénicher en leur sein l’homme ou la femme idéale à même de redonner espoir aux habitants de la ville déçus par la gestion de l’ex maire. Cela suppose qu’ils doivent continuer de parler d’une même voix et non se livrer à une guerre de chiffonniers, car c’est maintenant que le plus dur commence pour eux. Lorsqu’ils auront réussi le pari de désigner en leur sein le successeur de Sévérin Adjovi, il leur faudra encore l’épauler afin que les défis de développement local soient relevés.
La destitution d’un maire découle à la fois d’une sanction politique et administrative. Si après une première tentative de destitution qui a échoué, les adversaires de Sévérin Adjovi sont revenus à la charge au point de lui ravir la vedette, c’est qu’il y a forcément un malaise qui perdure. On peut valablement estimer aujourd’hui que tout ceci fait partie du passé. Un nouveau vent souffle donc sur la commune de Ouidah. Les conseillers communaux qui ont uni leurs forces pour éjecter l’ex-maire ont la lourde responsabilité d’épauler le nouveau qui sera désigné sous peu et de l’assister jusqu’à la fin de son mandat. Un encadrement adéquat en termes de conseils, de soutien et d’orientation doit être de mise. Car si après Sévérin Adjovi, les mêmes maux continuent d’être décriés, le Conseil communal se serait alors fourvoyé.
A tort ou à raison, une certaine opinion estime que l’éjection de l’ex-maire est liée uniquement à des considérations politiciennes. A ses adversaires de démontrer le contraire. La décentralisation vise principalement la promotion de la démocratie à la base et le développement local. Il revient donc aux communautés elles-mêmes de décider de leur avenir, de désigner leurs représentants à qui elles confient la conduite de leur destinée mais aussi et surtout de veiller au grain afin que leurs aspirations soient réellement satisfaites. C’est à cela que doit s’atteler le successeur de Sévérin Adjovi. Si malgré tout les mêmes récriminations demeurent et que le développement de la commune de Ouidah n’est toujours pas d’actualité, l’opinion aura raison d’estimer que l’éviction de l’ex-maire n’est ni plus ni moins qu’une sanction politique.

3-07-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Infidèle sans conscience !
16-02-2018, Naguib ALAGBE
Les hommes sont tous des infidèles. Admettons-le par pure galanterie. Et évitons pour une fois, d’être avec elles, à couteaux tirés sur la question. (...) Lire  

Editorial : Le Fonds culturel sous un nouveau (...)
15-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dans la dynamique des réformes (...)
15-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une douleur qui précède la joie (...)
14-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’idéal d’une jeunesse de bonne (...)
14-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le dialogue pour le dégel social
30-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Remue-ménage à la Cour !
29-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’appel des évêques
29-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une promesse non tenue
25-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)