Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Plaidoyer pour l’hygiène publique

Pour René Descartes, « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ». Mais au Bénin, la promotion de l’hygiène publique est une préoccupation subsidiaire. Le cadre de vie des populations importe peu. L’assainissement de l’environnement laisse de marbre les habitants de nos cités. Ils éprouvent même du plaisir à jeter les détritus n’importe où et n’importe comment. Paradoxalement, ils sont les premiers à se plaindre de l’état insalubre des villes, villages et hameaux. L’hygiène ne se limite pourtant pas aux domiciles. Encore que dans plusieurs maisons, les habitants vivent avec une insouciance incompréhensible sur des tas d’ordures. Au-delà des ménages et des habitations, la recherche de la propreté accompagne le citoyen où qu’il se trouve, en milieu professionnel et même dans ses faits et gestes le long de la journée. Hélas, ce réflexe qui va de soi met du temps à s’ancrer dans les habitudes.
Les pouvoirs publics, qu’il s’agisse du gouvernement, des autorités déconcentrées et des élus locaux, ont tous démissionné. C’est trop leur demander en effet d’être exigeants en matière d’assainissement de nos contrées. Parce qu’ils sont laxistes et complaisants, les populations ont développé, pendant des décennies, des pratiques malsaines. A titre illustratif, le recours aux structures de pré-collecte des ordures ménagères devrait être non négociable. Systématiquement, chaque ménage, sans aucune contrainte, devrait confier la gestion des ordures produites au quotidien aux structures spécialisées dans leur récupération et leur traitement. Au Bénin, c’est tout le contraire. Les populations préfèrent elles-mêmes se débarrasser de leurs ordures en les jetant à la nuit tombée dans les bas-fonds et les caniveaux. D’autres par contre optent pour une solution radicale : l’incinération ou l’enfouissement sans se soucier des risques auxquels ils s’exposent.
Des drames écologiques surviennent au quotidien sous nos yeux sans que ni les citoyens, ni les autorités à divers niveaux ne se sentent interpellés. Des tas d’ordures pullulent dans nos villes du simple fait de l’incivisme des populations qui n’ont pas la patience de se débarrasser des déchets tel que recommandé. Les peaux d’orange et de banane, les sachets plastiques, les emballages, les restes de nourriture se retrouvent dans la rue, sur les trottoirs, s’entassent et finissent par former des monticules qui polluent l’environnement. Disposer des poubelles publiques à des endroits stratégiques de nos villes n’est pourtant pas une tâche difficile pour les communes. La confection de ces dispositifs ne coûte pas grand-chose. Tout est une question de vision et de volonté. Les maires notamment qui ne peuvent rester indifférents au règne de la saleté dans leurs communes respectives sont responsables de ces atteintes perpétuelles à l’environnement. Ils disposent de tout l’arsenal nécessaire pour faire changer de comportement à leurs administrés.
Dans plusieurs villes africaines, les poubelles publiques sont visibles un peu partout. Les maires du Bénin qui ne boudent pas leur plaisir pour effectuer des voyages çà et là, ne perdent rien pour expérimenter chez eux ce qui se fait de bien ailleurs. De la même manière, l’éducation des populations à l’écocitoyenneté ne doit souffrir d’aucune négligence. En temps normal, lorsque l’on produit des ordures hors de chez soi, on ne s’en débarrasse pas dans la rue. On les conserve plutôt sur soi pour les jeter dans les poubelles dès qu’on en retrouve sur son chemin. A défaut, les poubelles domestiques se substituent aux poubelles publiques. Ce réflexe peut être inculqué aux plus jeunes à l’école. Mais là encore, la mayonnaise n’a pas pris. Les écoliers et élèves qui reçoivent pourtant des cours de civisme ne sont pas à proprement parler des modèles de protection de l’environnement. Cette démission généralisée fait le lit de l’insalubrité que dénoncent du bout des lèvres les autorités et les populations.

25-04-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Désastre écologique à Toho !
23-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Des milliers de poissons morts empoisonnés. Des risques énormes pour l’écosystème et une activité principale paralysée. A Athiémé, sur le lac Toho, (...) Lire  

Editorial : Une lueur d’espoir pour les (...)
23-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les paradigmes de l’espérance (...)
22-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la (...)
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Désastre écologique à Toho !
23-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la femme
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Corrompus sur le qui-vive !
16-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : 4 en liste, 3 sur la piste !
15-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le péril du vieux pont
15-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dialogue et accord durable !
14-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Vers un nouveau pacte social
14-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chantier pour Hercule !
9-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’Unamab avait tout faux !
7-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les coupables à la barre
7-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un signal fort !
3-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le report de trop
3-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Transhumance à problèmes
2-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les attentes du Ravip
2-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Année sauvée mais…
30-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Année sauvée mais…
30-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1320

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)