Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Redorer la fonction de préfet

Les préfets sont au creux de la vague. Ces neuf dernières années, la plupart des cadres promus à ce poste de commandement ont, à maintes reprises, pris fait et cause pour le gouvernement alors que l’intérêt général recommande de leur part une posture républicaine et impartiale. Redevables envers le chef de l’Etat pour leur nomination et soucieux de se maintenir à leurs postes, ils sont nombreux ces préfets qui font feu de tout bois pour plaire à la hiérarchie, parfois au mépris des textes de lois. Les derniers événements liés à l’installation des différents conseils communaux et municipaux suite à la proclamation des résultats des élections de proximité ont mis une fois encore en exergue leur fort penchant partisan. C’est ce qui explique le désordre orchestré un peu partout.
En effet, sur les 77 conseils communaux et municipaux, 70 ont pu être installés dans les délais légaux. La majorité dans une ambiance tendue où les intentions prêtées de part et d’autre ont achevé de consumer le peu de cohésion manifesté par les élus. Représentants du gouvernement au niveau départemental, les préfets et leurs délégations n’ont pas manqué d’apporter leur touche pour pourrir davantage l’atmosphère. Ainsi, rares sont les conseils qui ont été investis dans leurs missions pour les cinq prochaines années sans la présence de forts détachements militaires et policiers à l’intérieur et aux abords des mairies. Le sort des sept communes restantes dont Natitingou, Cobly, Pehunco, Kérou et Abomey-Calavi repose désormais entre les mains de la Chambre administrative de la Cour suprême.
Dans certaines communes, les préfets, aux ordres, ont usé de subterfuges pour que ce soit le camp du pouvoir qui l’emporte. C’est ainsi qu’à Malanville, il a été interdit à la liste majoritaire de désigner deux candidats pour le poste de maire, tandis qu’à Pèrèrè et Bohicon, cette latitude a été donnée aux conseillers. D’une commune à une autre, les règles du jeu diffèrent selon les intérêts en présence alors que les dispositions du code électoral en la matière sont sans équivoque. De même, comme ce fut le cas à Savè, le préfet territorialement compétent a cru devoir s’ingérer dans le processus électoral pour imposer un candidat alors qu’il revenait au bureau d’âge installé par ses soins de présider le scrutin. Ce sont des faits suffisamment graves qui ternissent l’image des préfets. Malheureusement, ce sont eux-mêmes qui se laissent traîner dans la boue.
Aux termes de la loi N°97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin, le préfet représente le gouvernement et les ministres pris individuellement. C’est une lourde charge qui requiert de la part des premiers responsables de nos départements beaucoup de doigté dans la conduite des affaires relevant de leurs compétences. Le préfet est au service de la nation et non d’un régime. La nécessité de redorer cette fonction prestigieuse est plus qu’évidente. A l’avenir, plus que les discours, seuls les actes posés par les titulaires de ces postes renseigneront sur leurs aptitudes à rester sous le joug de la servitude ou du service.

3-08-2015, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Ofmas, pas de quoi fouetter un chat !
21-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Des poux, même sur des crânes rasés, il y a des spécialistes de la polémique qui toujours, en trouvent. Des accusations sans fondement et des (...) Lire  

Editorial : Hehomey, un tigre en papier (...)
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dans la tourmente de l’Unesco (...)
19-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ (...)
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ !
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’alternance syndicale
18-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une candidature pour le Bénin
13-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Obstinés malgré l’eau !
13-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Enième menace des eaux à Cotonou
12-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Centriste et Talonniste !
12-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Statut en quête d’opposants
11-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quand Gbadamassi célèbre Talon
7-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Pas de pitié pour les O% !
6-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un chantier inachevé
6-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Roulés dans la farine
5-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Subventionnés au grand jour !
4-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : La Françafrique à la Macron !
31-08-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A la merci des malfrats
30-08-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au royaume des incendies !
30-08-2017, Isac A. YAÏ
En vérité : Rb engagée, Rb dégagée !
29-08-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Remerciés en monnaie de singe
29-08-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)