Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Remerciés en monnaie de singe

Il s’en est allé au petit matin du dimanche 27 août. Rongé par la maladie, Appolinaire Soglo a finalement rendu l’âme. La nouvelle qui s’est répandue comme une traînée de poudre a semé l’émoi et la tristesse dans les rangs de ses fans et au sein de l’opinion. Artiste confirmé, l’illustre disparu a fait du Gospel son art de prédilection. En témoigne ses productions reprises en chœur çà et là. Quelques jours avant qu’il ne fasse le grand saut, un autre grand nom de la culture béninoise est aussi entré dans l’éternité. Marcelline Aboh dite « Détin bonsoir », humoriste de son état, a précédé son jeune frère dans l’au-delà. Ensemble, ils inscriront leurs noms sur l’interminable liste des artistes béninois de regretté mémoire. En l’espace d’une semaine, le Bénin a perdu deux de ses plus valeureux ambassadeurs culturels.
Dans quelques jours, lorsque viendra le moment des obsèques, on assistera au défilé des diverses autorités sur les lieux des manifestations. Les discours les plus émouvants seront prononcés pour magnifier le talent des disparus. Des promesses creuses et ternes seront faites pour immortaliser leur mémoire. Dès que ces responsables publics en question auront le dos tourné, ils s’en iront vaquer à leurs occupations, comme si de rien n’était. Les jours, les semaines, les mois et les années passeront et la vie reprendra son cours jusqu’à la prochaine disparition. Ainsi sont remerciés en monnaie de singe ceux d’entre nous qui mettent leurs talents au service du rayonnement de la République. L’artiste est un ambassadeur qui ne dit pas son nom, car grâce à son talent, il fait la promotion de son pays partout où ses pas le portent.
Sous nos cieux, les artistes les plus talentueux, qu’ils soient chanteurs ou musiciens, ne sont pas valorisés par les pouvoirs publics. Ils sont juste utiles pour animer les soirées mondaines, les symposiums, les rencontres internationales et j’en passe. A partir du moment où ils ont touché leur cachet, les autorités qui sollicitent leur art estiment ne plus rien leur devoir. Or, un artiste devrait bénéficier de la sollicitude et de l’accompagnement des décideurs culturels durant toute sa carrière et même à la retraite. Mais au Bénin, l’artiste est bien souvent laissé à lui-même. Le terme « artiste » désigne bien évidemment les hommes et femmes talentueux qui savent susciter l’émotion et la bonne ambiance dans les rangs des mélomanes. Il ne s’agit surtout pas de ces personnes aux talents approximatifs qui envahissent la scène culturelle pour la polluer par des soi-disant productions bonnes pour la poubelle.
Le Fonds d’aide à la culture (Fac) était censé promouvoir le bon art et le talent. Hélas, la montagne a accouché d’une souris. Mais cela ne saurait être une raison pour que les artistes, les vrais soient livrés à eux-mêmes. Leurs œuvres qui sont l’expression de leur art devraient inspirer les décideurs afin qu’ils bénéficient d’un meilleur traitement. Mais, après avoir rendu de bons et loyaux services à la nation, ils passent la plupart du temps, leurs derniers jours dans la précarité, sans que cela n’émeuve personne. La preuve la plus évidente du mépris des autorités à l’égard des artistes se trouve à Lokossa. Disparu en août 2004, Gnonnas Pedro, dont l’immense talent était reconnu au plan international, a construit, dans sa ville maternelle, avec ses propres revenus, un musée dédié à ses œuvres. Il y a d’ailleurs été enterré. 13 ans après sa disparition, la villa et ses instruments de musique qui y sont exposés sont à la merci de la poussière et de l’usure. Voilà comment il a été remercié après une carrière bien remplie consacrée à la promotion et au rayonnement de sa patrie.

29-08-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Infidèle sans conscience !
16-02-2018, Naguib ALAGBE
Les hommes sont tous des infidèles. Admettons-le par pure galanterie. Et évitons pour une fois, d’être avec elles, à couteaux tirés sur la question. (...) Lire  

Editorial : Le Fonds culturel sous un nouveau (...)
15-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dans la dynamique des réformes (...)
15-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une douleur qui précède la joie (...)
14-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’idéal d’une jeunesse de bonne (...)
14-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le dialogue pour le dégel social
30-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Remue-ménage à la Cour !
29-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’appel des évêques
29-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une promesse non tenue
25-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)