Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Requiem pour la pollution

Sale temps pour les propriétaires de véhicules polluants. José-Didier Tonato, le ministre du cadre de vie et du développement durable sera désormais à leurs trousses. A partir du lundi 7 novembre prochain, il ne sera plus possible pour un véhicule motorisé polluant de circuler dans la ville de Cotonou sans subir les rigueurs de la loi. Les termes du communiqué sifflant la fin de la récréation sont sans équivoque. Un délai de trois semaines est laissé aux usagers de la route pour qu’ils se conforment à la décision. Une liste de 15 garages agréés et conventionnés pour le contrôle réglage antipollution a d’ores et déjà été rendue publique. Avant le démarrage de la phase répressive, libre cours est laissé aux Béninois dans l’appréciation de cette mesure qui n’a rien d’inédit.
La loi cadre sur l’environnement a prévu que les pollueurs puissent payer une taxe en compensation des dommages créés sur l’environnement d’où le principe du pollueur-payeur. Au-delà donc de la pollution atmosphérique qui est un véritable problème environnemental et social, notamment dans la ville de Cotonou, les pouvoirs publics veulent appliquer les dispositions du décret N°2001-110 du 04 avril 2001 fixant les normes de la qualité de l’air en République du Bénin. Six mois après l’avènement du gouvernement dit de la rupture, la lutte contre la pollution atmosphérique par voie terrestre prend une nouvelle dimension. A en juger par le mode opératoire des dirigeants actuels, il y a fort à parier que la phase coercitive démarrera en trombe et que les contrevenants à la mesure seront sanctionnés sans état d’âme.
Si on s’en tient au communiqué qui sonne le glas des véhicules polluants, le top de « la première phase de la coercition » sera donné le lundi 7 novembre et celle-ci va durer 6 mois au bout desquels Cotonou devrait en principe changer de visage. Il faut croire que dans les prochaines semaines, les volutes de fumée en provenance des pots d’échappement ne seront plus d’actualité. Les propriétaires de véhicules négligents dans l’entretien de leurs engins seront bien obligés d’en prendre constamment soin au risque de mettre la main à la poche pour réparer les dégâts causés à la société. Le combat engagé par le ministre du cadre de vie et du développement durable pour l’amélioration de la qualité de l’air est plus que salutaire. Car il est du devoir des Béninois d’œuvrer pour assainir leur environnement.
Mais le gouvernement du Nouveau départ qui a pris la résolution de s’attaquer à cet épineux problème est appelé à veiller au grain. Les services compétents du ministère du cadre de vie et du développement durable notamment ne doivent pas s’arrêter en si bon chemin. Il ne suffit pas de publier la liste des garages agréés et conventionnés pour le contrôle réglage antipollution, encore que les garages concernés sont situés, pour la plupart, dans la ville de Cotonou. Qu’en est-il alors des autres localités ? En outre, il serait intéressant que le montant de la prestation desdits garages soit fixé pour ne pas laisser libre cours à la surenchère. Enfin et c’est le plus important, la lutte contre la pollution atmosphérique ne doit pas seulement concerner les véhicules à 4 roues et plus. Les véhicules à deux et à trois roues aussi contribuent dans une grande proportion à la pollution de l’environnement. Les épargner de ce contrôle et de la coercition serait ni plus ni moins qu’une fuite de responsabilité.

17-10-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Liaison dangereuse !
28-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ils sont de retour ! Après une courte hibernation, des religieux-politiciens ont décidé de sortir des bois pour se faire à nouveau entendre. Avec (...) Lire  

Editorial : La traque des produits illicites
28-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple tête baissée (...)
24-02-2017, Naguib ALAGBE
En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Liaison dangereuse !
28-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La traque des produits illicites
28-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un os dans la gorge de Talon
9-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une nouvelle Can pour le Bénin
8-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le coup de l’Arcep !
8-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Talon dans l’antre des Soglo
1er-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Apaiser les tensions religieuses
31-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une option inopportune
30-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’école au pied du mur !
30-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 930

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)