Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Restaurer le Plm Aledjo

Ruine et désolation. C’est tout ce qui reste de l’hôtel Plm Aledjo dont la seule évocation rappelle l’historique conférence des forces vives de la nation. Du 19 au 28 février 1990, les fils et filles du Bénin s’étaient donnés rendez-vous en ce lieu pour tenter de donner un nouveau souffle à la nation affaiblie par de nombreuses années de pratique du marxisme-léninisme. Les travaux dirigés par feu Mgr Isidore de Souza furent fructueux et le Bénin a pu retrouver une place de choix dans le concert des nations africaines. N’eût été ce grand rassemblement, la démocratie n’aurait pas trouvé un terreau fertile pour s’implanter cette année-là. 26 années après ces échanges historiques, les Béninois continuent de jouir des fruits de cet effort collectif. Paradoxalement, le cadre ayant abrité cette rencontre a sombré dans le déclin.
La semaine écoulée, certains députés accompagnés des représentants du parlement des jeunes ont pu se rendre compte par eux-mêmes de l’étendue des dégâts. Le temps a eu raison de ce complexe hôtelier qui n’a bénéficié d’aucun entretien. D’année en année, il n’a cessé de se dégrader. Aujourd’hui, ce sont les reptiles et autres bestioles qui sont les maîtres des lieux. La salle de conférence qui a accueilli pendant une dizaine de jours les travaux des délégués à la Conférence est méconnaissable. Tout est ruine et poussière. Aucun objet ne peut être retiré de la décrépitude et restauré. L’usure a fait son œuvre. Et chaque jour qui passe accentue le drame. Les autres endroits de cet hôtel devenu patrimoine national n’ont pas échappé à la décadence. La pertinence de sa réhabilitation n’est plus à démontrer.
L’histoire, c’est l’âme d’un peuple. Les générations futures ont besoin de s’abreuver à la source du passé. C’est important que l’histoire de la Conférence nationale soit évoquée par les enseignants dans les salles de classe. Mais ce serait encore mieux si les apprenants avaient la possibilité de se déplacer sur le site pour le découvrir par eux-mêmes. Tel qu’il se présente aujourd’hui, l’hôtel qui n’est plus que ruines, n’inspire que la désolation. Cela témoigne d’ailleurs du peu d’intérêt que les Béninois accordent à la préservation des sites historiques. Sous d’autres cieux, des endroits comme l’hôtel Plm Aledjo bénéficient de soins particuliers et sont conservés jalousement comme des joyaux. Ils font l’objet de visites par les nationaux et les étrangers et constituent même une source de captation de devises.
Mais chez nous, on n’a que faire de l’histoire. On s’accroche au présent alors qu’il a fallu le passé pour inspirer et donner vie au présent. L’état de déliquescence dans lequel se trouvent la plupart des anciens palais royaux dont certains ont été érigés en musées est symptomatique du peu d’intérêt que les pouvoirs publics accordent aux vestiges historiques. C’est d’ailleurs cette banalisation du passé qui est à la base de la destruction des bâtiments qui ont fait office de siège au Conseil de l’Entente. Aujourd’hui, c’est une ambassade étrangère qui occupe les lieux comme si de rien n’était. Les exemples sont légion. Mais fort heureusement, le gouvernement du Nouveau départ a fait l’option de promouvoir le tourisme local. Cela implique nécessairement la réhabilitation de certains sites historiques dont l’hôtel Plm Aledjo. Au rang des projets inscrits dans ce cadre, ce site doit être une priorité. Un pan entier de la mémoire de notre peuple s’y trouve.

19-09-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

tribune verte : L’audace d’assainir les villes
1er-12-2016, La rédaction
Sous la rupture, les villes s’apprêtent à faire leur toilette. Le Gouvernement Talon retrousse les manches pour débarrasser huit principales villes (...) Lire  

Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne (...)
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La croisade pour la paix
21-11-2016, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne !
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La croisade pour la paix
21-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Rembourser les fonds …messieurs !
16-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La tournée présidentielle
14-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le péché du faucon
14-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : La carte anti corruption !
9-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Les taxis de l’illusion !
8-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Talon en patron !
7-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Fermer la parenthèse Ajavon !
3-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Des urgences malgré la cocaïne !
2-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Choix vital pour l’UN !
31-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mandat de transition !
27-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Tous les médecins à l’hôpital
26-10-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Carton jaune pour Lafia et Azannai !
26-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : La réformette anti Pollution !
24-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 870

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)