Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Toboula en plein dans l’excès

Il se croit tout permis, le préfet du Littoral. Administrateur civil de son état, Modeste Toboula confond tout. La libre administration des communes dévolue au maire et la tutelle administrative qui est du ressort du préfet sont pour lui des notions encore floues. Parce qu’il ne parvient pas à faire le discernement requis, il marche allègrement sur les platebandes du maire de Cotonou, qui, chose paradoxale, n’a pas cru devoir saisir le juge administratif, pour être rétabli dans ses attributions. Passons. Sous le prétexte de l’opération de libération des espaces publics initiée par le gouvernement, Modeste Toboula, sème terreur et désolation sur son passage. Pour des populations qui ont compris le bien-fondé de cette initiative gouvernementale et y ont adhéré spontanément, la démarche brutale du préfet ne semble pas très pertinente. « La force ne crée pas un chef, mais un adversaire à abattre », prévient Seydou Badian dans son roman à succès « Sous l’orage ».
C’est une évidence que Modeste Toboula a une dent pourrie contre Lehady Soglo. Il l’a d’ailleurs prouvé au lendemain de sa nomination par la demande d’explication, illégale et dépourvue d’élégance, qu’il a adressé au maire de Cotonou au motif que celui-ci n’a pas daigné assister à la cérémonie de sa prise de fonction. Il s’indignait alors contre le manque de « courtoisie administrative » dont aurait fait preuve l’édile de Cotonou. Mais voilà que ces jours-ci, par voie médiatique, c’est le préfet en personne qui a déclenché une fatwa contre le maire. Morceaux choisis : « Le maire est un simple élu de quartier ». « Il ment ». « Il a un problème d’éducation ». « La gouvernance de la commune de Cotonou est totalement nulle »… A tous les coups, arrogance et injures sont devenues sa tasse de thé. Son rêve le plus secret qu’il révèle de plus en plus, c’est éjecter le maire de son fauteuil. Toboula, aveuglé par son poste et la force publique dont il abuse et mésuse est tombé bien bas.
Dans la même dynamique de l’opération de libération des espaces publics, le gouvernement a interdit toute occupation des voies publiques. Sous ce prétexte, Modeste Toboula, toujours lui, s’est présenté sous haute escorte policière vendredi dernier, à l’heure de la prière, à la mosquée de Cadjèhoun, pour ramener les musulmans à l’ordre. Une fois encore, la décision du gouvernement est pertinente. Cela se passe de commentaire. Mais la méthode utilisée n’est pas la mieux indiquée. Dans ce cas d’espèces, l’Exécutif aurait pu convenir de la stratégie à adopter avec l’Union islamique du Bénin et laisser les hauts responsables de ce culte gérer la situation avec les fidèles. La fougue, le zèle déplacé et la brutalité dont fait montre le préfet du Littoral sont inappropriés pour amener les musulmans à se conformer à la décision gouvernementale. Les questions de religion ou de culte sont ultra sensibles et délicates. Les fidèles qui se sentent attaqués dans leur foi réagiront par la passion et non avec la raison. Boko Haram est juste à quelques encablures du Bénin. Ne réveillons pas le chat qui dort.
En portant Patrice Talon à la tête de l’Etat le 6 avril 2016, les Béninois ont opté pour la rupture d’avec les mauvaises pratiques qui peuvent mettre en péril non seulement l’amorce du développement mais aussi le vouloir vivre ensemble. Patrice Talon l’a compris en optant pour un style de gouvernance qui force l’admiration. Discret, méthodique, policé, son comportement tranche d’avec celui de son représentant du Littoral, brutal et impulsif. Celui-ci va d’escalade en escalade. Il urge que le chef de l’Etat et le ministre de la décentralisation mettent un frein à ses dérives, avant qu’il ne soit trop tard. L’excès en toute chose nuit, et toute proportion gardée, Toboula en fait un peu trop. S’il est en mission commandée, il existe mille et une manières élégantes pour régler des comptes. Si le préfet ne se remet pas en cause, il court le risque de finir dans la poubelle de l’histoire.

25-01-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir !
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction
En vérité : Une histoire d’unanimité !
21-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’Afrique si pauvre et si riche
21-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1170

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)