Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Tous à l’Anglais !

De toutes les langues officielles des Nations-Unies, l’Anglais occupe une place de choix en termes d’influence dans le monde entier. Du fait de cette suprématie, la langue de Shakespeare est devenue incontournable dans toutes les parties du globe à telle enseigne que les nations qui choisissent de l’ignorer font courir un grand risque à leurs ressortissants. Face à certaines réalités, le gros handicap de ne pouvoir s’exprimer par ce canal linguistique, limite toute communication et réduit en cendres nombre de perspectives et projets. Le Bénin, à l’instar de plusieurs pays francophones du continent, n’a pas fait de la promotion de la langue anglaise une priorité malgré sa proximité avec le Nigeria et le Ghana, les deux géants anglophones de l’Afrique de l’Ouest. Il prétend nonobstant cette barrière tirer profit de ses relations avec ces deux nations.
C’est un fait que des pays voisins qui ne partagent pas la même langue officielle entretiennent de bons rapports. Mais ces rapports seraient excellents si aucune barrière linguistique ne venait troubler le ciel de leurs relations. Si Patrice Talon et Muhammadu Buhari d’une part, ou encore Patrice Talon et John Dramani Mahama d’autre part, parlaient tous la même langue avec aisance, sans solliciter les services d’un interprète, ils n’auraient aucun souci à communiquer entre eux, autant qu’ils le souhaitent. Mais parce qu’il faut la présence d’un tiers à leurs côtés lors des rencontres officielles, cela va sans dire que les relations qu’ils auraient souhaité fructueuses voire complices soient juste de façade, rien que pour servir la cause de la diplomatie. A ce jeu, c’est le Bénin qui est perdant. Car le Nigeria et le Ghana ne se soucient pas de sa présence dans leur sphère géographique pour décider et agir pour le bien de leurs populations.
Ce n’est pas de l’auto-flagellation, mais il faut admettre que le Bénin vit aux dépens de ces économies. La preuve, lorsque l’économie nigériane n’est pas au beau fixe comme c’est le cas actuellement, c’est tout le Bénin qui en ressent les répercussions. A contrario, lorsque le Bénin vit une situation économique propre à elle qui ne lui est pas favorable, c’est à peine si les Nigérians encore moins les Ghanéens s’en rendent compte. Aller à la rencontre de la langue anglaise, c’est tout ce qu’il nous reste à faire pour tirer le maximum de profit de nos deux voisins anglophones auprès de qui nous avons tout à gagner. Le Sénégal a déjà compris la leçon et, malgré son enracinement dans la culture française, la plupart de ses cadres sont bilingues. Cela justifie en partie l’omniprésence de ses élites au sein des institutions internationales.
Mais le Bénin, à travers ses élites qui sont les décideurs, refuse de faire des choix stratégiques. Comment pouvons-nous prétendre coopérer efficacement avec le Nigéria si nous ne sommes pas en mesure de communiquer avec ses ressortissants ? Combien de cadres Béninois, les diplomates y compris, parlent aisément l’Anglais ? Imaginons que les fonctionnaires surtout ceux de la catégorie A parlent tous couramment l’Anglais. Imaginons aussi que tous les bacheliers soient capables d’échanger avec leurs pairs anglophones. A tous les coups, tout le pays en tirerait profit. Ce qui est curieux, chaque année, les étudiants nigérians séjournent par milliers dans notre pays pour découvrir et se familiariser avec la langue française. Et nous refusons d’en faire autant avec la langue anglaise, alors qu’elle est à notre portée. Comme le dit le Professeur John Igue, « nous devons choisir une nouvelle stratégie, définir ce que nous voulons devenir à terme par rapport à nos voisins immédiats et lointains ». C’est une question de choix. Nous choisissons d’être ou de ne pas être. To be or not to be.

27-09-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Plaidoyer pour les journées de salubrité
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Disons-le sans détour. La ville de Cotonou a besoin d’un bon coup de balai. L’insalubrité qui y règne et à laquelle s’accommodent les habitants de (...) Lire  

En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal : Nécessité d’une Dtn
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
20-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal : Nécessité d’une Dtn
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
20-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dans le vif du sujet !
20-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’Etape Hémicycle !
16-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
16-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de péril pour une Venise !
15-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Puanteur politique !
13-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Restitution en négociation !
9-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un 08 mars pas comme les autres
9-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Place au débat !
8-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une injustice corrigée
7-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des pistes pour l’avenir !
2-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dilemme pour une révision !
1er-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Liaison dangereuse !
28-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La traque des produits illicites
28-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 930

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)