Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Un 08 mars pas comme les autres

Un 08 mars sans exhibition, sans folklore, ni tintamarre. Il faut le vivre pour y croire. Cette année, la 22ème édition de la Journée internationale de la femme a été célébrée dans la plus grande sobriété. Un choix politique en vogue depuis l’avènement au pouvoir de Patrice Talon qui a dépourvu les manifestations nationales, naguère commémorées avec faste, de tout caractère festif. Les femmes qui, traditionnellement à cette date, étaient habituées à la ripaille et à la bombance ont dû se résoudre à l’essentiel : la réflexion en vue d’une amélioration notable de leur situation. Exit le tissu qui chaque année était pompeusement arboré par la gent féminine pour marquer l’événement. Ce 08 mars 2017 voulu sobre par le gouvernement vient interpeller les femmes béninoises sur la manière dont la plupart d’entre elles ont dénaturé le sens de cette journée dédiée à leur cause.
Patrice Talon, sans tambour ni trompette, a recadré les choses. En mettant fin au cirque qui a toujours prévalu jusque là, son gouvernement veut mettre le doigt sur la plaie, afin que les femmes béninoises elles-mêmes s’inscrivent progressivement dans la dynamique de se faire valoir. C’est un fait que les femmes sont discriminées de part le monde et cette ségrégation, du fait des pesanteurs sociologiques, est accentuée en Afrique et au Bénin. Depuis les temps immémoriaux, les femmes ont toujours été reléguées au second rang. Confinées aux tâches ménagères, à la merci des hommes, elles continuent de faire les frais de cette politique injuste qui ne leur accorde que des droits mineurs. Grâce à la Constitution qui a consacré l’égalité des sexes, les femmes ont commencé à s’émanciper timidement. Mais la bataille est loin d’être gagnée.
Des obstacles et pas des moindres sont toujours dressés sur le chemin de l’épanouissement de la femme. « La persistance des pesanteurs socioculturelles comme la privation de liberté, l’usage de certaines formes de violences physiques et psychologiques, la marginalisation dans les instances de prises de décisions, l’astreinte à des rites traditionnels parfois déshumanisants, l’analphabétisme ou le faible niveau d’instruction des femmes », sont autant de freins qui empêchent les femmes de mener une existence décente. Pire, la 7ème législature ne compte que 7 femmes sur 83 députés. Mais la donne pourrait changer à ce niveau. En effet, la semaine écoulée, un atelier parlementaire s’est penché sur la question et les députés ont convenu de voter une nouvelle loi qui octroie d’office des sièges aux femmes à l’Assemblée nationale. Qu’on soit en phase ou pas avec cette proposition, il faut quand même convenir que c’est une avancée.
Ce n’est donc pas le folklore, les chants et danses et les festins annuels du 8 mars qui changeront la condition de la femme. Au contraire, dans un passé récent, c’est au cours de cette journée que les femmes sont instrumentalisées par des femmes qui en font carrément un fonds de commerce, avec la complicité des hommes bien entendu. Il fallait finir avec cette exploitation de la misère féminine et créer les conditions pour un meilleur devenir de la femme. Au-delà de la suspension du faste qui entoure le 8 mars, la ministre en charge des affaires sociales devrait s’investir pour un réel épanouissement de la femme qui passe évidemment par son autonomie sur les plans familial et social. Il ne tient qu’aux femmes de lutter pour que leur situation s’améliore. Personne ne fera le combat à leur place. Le 8 mars a été institué non pas pour faire bombance mais pour mener la réflexion en vue des stratégies à adopter en vue des lendemains meilleurs pour les femmes d’ici et d’ailleurs.

9-03-2017, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Chirurgie révélatrice !
25-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
Ailleurs, c’est un épiphénomène. Au Bénin, une prouesse retentissante. Et même si l’écho a à peine franchi les frontières du pays, il n’en demeure pas (...) Lire  

En vérité : Malanville : prévenir d’autres (...)
25-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Regard sur projet à Ouèdo !
24-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Heureuse décision !
24-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Place au concret !
20-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’arnaque à plein nez
20-09-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Chirurgie révélatrice !
25-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Regard sur projet à Ouèdo !
24-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Heureuse décision !
24-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Place au concret !
20-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’arnaque à plein nez
20-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’école s’éveille !
17-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’appel de Gabriel Ajavon
17-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ils l’ont fait !
4-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Tricherie à assumer !
3-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Exit la grève !
3-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Job ou famille !
31-08-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : Rebelles, et ils font la loi !
30-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Rendez-vous de taille à Pékin !
29-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Un moratoire salutaire
29-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Chirurgiens-dentistes édentés !
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le péril ‘‘crue’’ !
22-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dangnivo, l’ultime procès ?
22-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée de tous les enjeux
20-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Urgence pour une rentrée !
20-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Repenser les fêtes identitaires
16-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Directeur sur conditions !
14-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’étonnant silence du Prd !
14-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hadj sans tapage !
13-08-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1440

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)