Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Un éternel recommencement !

Les routes béninoises sont en mauvais état. C’est un fait que le réseau routier national n’est pas si fourni que ça. Il reste encore d’immenses efforts à fournir pour que les populations puissent circuler d’un point à un autre du territoire national sans mettre en péril l’état mécanique de leurs véhicules. D’un gouvernement à un autre, des actions sont diligentées dans le sens de la construction et/ou de la réhabilitation des axes routiers. Mais plus les années passent, plus on a l’impression que rien ou presque rien ne se fait dans ce domaine. Comme un éternel recommencement, les sous du contribuable sont chaque fois dans des projets routiers de grande envergure qui s’avèrent précaires en un laps de temps. La raison est toute simple. Les voies pavées ou bitumées réalisées à coût de milliards ne bénéficient d’aucun entretien.
Sous l’effet conjugué des réalisations bâclées, des accidents de circulation, des actes d’incivisme, de l’érosion ou encore de l’usure, les routes se dégradent à un rythme fulgurant. Ne bénéficiant d’aucun entretien après leur mise en service, nos voies ne résistent pas longtemps aux assauts de la circulation. L’axe Porto-Novo-Missérété- Adjohoun-Dangbo-Ouinhi-Kpédékpo en est un exemple probant. Longtemps réclamée par les populations, cette voie qui traverse la vallée a été réalisée après moult atermoiements. Mais il n’a fallu que quelques petites années pour que les bosses, crevasses et nids de poule disputent la place au bitume. A ce jour, aucune action significative n’a été enclenchée par le ministère des transports terrestres en vue de sa réhabilitation. Chaque jour qui passe, les désagréments se multiplient pour les usagers.
Pourquoi faut-il laisser la situation pourrir avant de faire sembler de se préoccuper du mieux-être des populations ? Pour un pays pauvre comme le Bénin aux ressources limitées, n’aurait-il pas mieux valu que les moyens disponibles soient rationnellement utilisés ? Dans quelle intention des dizaines de milliards sont dilapidés de manière cyclique sur les mêmes chantiers alors que d’autres priorités et urgences sont négligées ? Pourquoi veut-on toujours gouverner à la petite semaine ? Est-ce si difficile pour les serviteurs de l’intérêt général de faire recours à la rigueur et à l’anticipation dans leurs actes ? Un peu partout sur le territoire national, la plupart des routes demandent juste un peu d’entretien pour reprendre leur aspect neuf. Mais on préfère par la négligence accélérer leur négligence pour pouvoir décaisser à nouveau des milliards.
Instrument de politique du gouvernement en matière d’entretien routier, le Fonds routier donne l’impression de se détourner de sa mission principale. La gestion des postes de péage et de pesage rapportent suffisamment pour que soit mis en place un programme d’entretien permanent des routes présentant des défauts. L’axe Agblangandan-Carrefour Sèmè-Podji fait partie des rares exceptions en la matière. Il a été en effet recouvert d’une couche supérieure de bitume lorsque l’usure a été constatée. C’est ce réflexe de promptitude qui fait économiser des milliards à la République que les collaborateurs du ministre des transports sont appelés à développer. Il ne s’agit pas seulement d’investir, mais d’investir intelligemment afin que progressivement toutes les localités du pays soient pourvues en infrastructures routières de qualité. Arrêtons de ruiner l’Etat et agissons dans le bon sens, car la route du développement passe par développement de la route.

25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)