Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Un remaniement sui generis

Boni Yayi ne cessera d’étonner ses compatriotes. Alors que tous les regards sont tournés vers la désignation, par le peuple souverain, de son successeur, il sort une nouvelle carte, aussi surprenante qu’inattendue. A trois semaines de la fin de son second et dernier mandat, le chef de l’Etat, usant de ses prérogatives constitutionnelles, a injecté du sang neuf à l’équipe gouvernementale. Une fois la rumeur confirmée par le secrétaire général du gouvernement, la journée d’hier a été consacrée aux traditionnelles cérémonies de passation de charges. Hormis Frédéric Dohou, très éphémère ministre de la communication sous le Général Mathieu Kérékou, ce sont cinq parfaits inconnus du landerneau politique qui viennent de gravir les marches de l’escalier social.
Quoique étrange, cet énième remaniement a tenu toutes ses promesses. Outre le premier ministre candidat et le vice-premier ministre, le peuple béninois a droit maintenant à six ministres d’Etat. Une première ! En pleine préparation de la campagne électorale pour le second tour du scrutin présidentiel qui mettra aux prises son protégé Lionel Zinsou et son ancien allié Patrice Talon, Boni Yayi dresse le tapis rouge à ses nouveaux collaborateurs. Si encore, les intéressés étaient connus des milieux politiques comme des pourvoyeurs de voix de premier plan, il serait aisé de cerner les motivations de cette démarche présidentielle. C’est dire que leur apport au repositionnement du candidat Lionel Zinsou en chute libre sera minime, sinon nul.
Lorsqu’on considère le volet purement technique, que peuvent-ils apporter de substantiel à leur patrie en seulement trois semaines d’activité ? Il faut un certain temps aux ministres fraichement nommés pour se familiariser avec les dossiers relevant de leurs compétences avant de prétendre agir. Dans le cas d’espèce, le délai non extensible du 6 avril qui marquera le début d’une nouvelle gouvernance au sommet de l’Etat est trop court pour que les nouveaux compagnons de Boni Yayi posent des actes concrets. 21 jours, ça passe vite et même très vite. Et ces ministres seront contraints de déposer le tablier sans avoir eu le temps de parapher ou de signer quelque document important qui engage la vie de la République. On a beau retourner le sujet dans tous les sens, même en menant un raisonnement par l’absurde, on a du mal à comprendre le chef de l’Etat.
De deux choses, l’une. Soit, le remaniement a été effectué pour jeter, en guise de remerciement, un faisceau de lumière sur des collaborateurs demeurés dans l’ombre pendant toute une décennie, soit pour sanctionner des ministres dont l’efficacité et le rendement électoral laissent à désirer. En tout état de cause, Boni Yayi démontre si bien qu’il reste le seul maître à bord du navire Bénin jusqu’au 5 avril à 24h. Le 6 avril, il sera prié, conformément à la volonté du peuple, seul détenteur de la souveraineté, de passer le témoin à son successeur.

15-03-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Lumière sur les lois de règlement
18-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
On n’en parle pas souvent. Mais il s’agit d’un indicateur de bonne gouvernance et de transparence financière. La plupart du temps, les esprits se (...) Lire  

Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Standing ovation pour le Onze (...)
17-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner !
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les merveilles du coton
11-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Réviser le code vestimentaire
7-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Affaire classée
4-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Journées déprogrammées !
31-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Anglais au préalable !
30-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Repenser la sécurité locale
30-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Concours de retour !
29-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Des réformes pour la justice
29-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’exemple : la meilleure école
28-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Funestes regrets de Yayi !
28-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Désastre écologique à Toho !
23-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la femme
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Corrompus sur le qui-vive !
16-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : 4 en liste, 3 sur la piste !
15-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le péril du vieux pont
15-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dialogue et accord durable !
14-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Vers un nouveau pacte social
14-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chantier pour Hercule !
9-05-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1470

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)