Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une bouteille à la mer

De la fierté à la honte, il n’y a qu’un pas. Le Bénin est passé de la gloire à la déchéance avec une facilité et une indifférence déconcertantes. 28 ans déjà que le Bénin fait l’expérience de la démocratie avec succès. Pionniers en la matière en Afrique francophone, les Béninois ont su puiser en eux les ressources nécessaires à l’accomplissement de ce bond prodigieux. Sans effusion de sang, habités par une farouche volonté et une foi inébranlable en l’avenir, les forces vives de la nation ont réalisé l’exploit en seulement dix jours. Ensemble, déterminés à aller de l’avant, ils se sont donné la main pour conjurer le mauvais sort. Témoin des faits, la salle de conférence de l’hôtel Plm Aledjo qui a abrité ces précieux débats est en ruine. Depuis des années, son état laisse à désirer et curieusement, aucun gouvernement ne s’en préoccupe.
En ces jours où le peuple béninois est habité par le souvenir de ces moments mémorables, il sied de rappeler à la mémoire de nos gouvernants une doléance vieille de plusieurs années : la réhabilitation de la salle de conférence de l’hôtel Plm Aledjo. Plus qu’une urgence, c’est un devoir, une obligation. « Un peuple sans histoire est un peuple sans âme », dit-on souvent. Cette histoire qui concerne tous les Béninois sans discrimination aucune ne peut être seulement enseignée ou racontée. Elle doit aussi pouvoir se vivre par les générations présentes et futures. Un détour dans cette salle restaurée avec un brin de modernité mais dans son apparence d’il y a 30 ans, avec les noms de chaque délégué gravés à leurs places respectives suffit largement à imprégner tout visiteur dans la lourde ambiance de ces jours-là. Et ça, ce n’est pas une chose impossible à réaliser.
Si les précédents gouvernements n’ont rien pu faire pour réhabiliter cet hôtel devenu par la force des événements un patrimoine national, Patrice Talon et son équipe pourraient éventuellement changer la donne. C’est évident que le Programme d’actions du gouvernement ambitionne de révéler le Bénin sur plusieurs plans. La création de l’Agence nationale du patrimoine et du tourisme est le témoignage le plus éloquent de la volonté de ceux qui nous gouvernent d’impacter ces secteurs. Malheureusement, lorsqu’on parcourt les 7 projets phares de cette agence, aucun intérêt n’est accordé à la réhabilitation de l’hôtel Plm Aledjo. Ce n’est pas que les projets retenus manquent de pertinence. Loin s’en faut. Mais on ne peut s’empêcher d’avoir un pincement au cœur lorsqu’on fait le triste constat qu’un pan entier de notre récente histoire est jeté aux oubliettes. Mais il n’est pas encore tard pour corriger le tir.
Remis à neuf avec ses caractéristiques d’entre temps et transformé en musée, l’hôtel Plm Aledjo peut susciter autant de curiosité et devenir une importante source de captation de devises au même titre que le parc national de la Pendjari, la cité lacustre de Ganvié ou encore la cité historique de Ouidah. L’histoire politique contemporaine a aussi son charme, surtout que dans le cas d’espèce, il s’agit d’un événement unique en Afrique francophone. Ceux qui courageusement et spontanément ont offert leurs poitrines pour que vive ce peuple en acceptant de confronter leurs idées à celles des autres pendant 10 jours dans cette salle méritent un minimum de reconnaissance, qu’ils soient morts ou vivants. Grâce à eux, la liberté est devenue la règle. On ne peut passer en pertes et profits ce sacrifice et ce sens élevé de patriotisme qui vaut son pesant d’or. Qu’on le veuille ou pas, l’hôtel Plm Aledjo fait partie de notre histoire. Ce n’est pas trop demander que de plaider pour sa restauration.

20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’école s’éveille !
17-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
A peine elle a dormi, et aussitôt elle s’éveille. Pour un nouveau ballet des kakis et des uniformes, et après moins de deux mois de vacances, l’école (...) Lire  

En vérité : L’appel de Gabriel Ajavon
17-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Inconcevable pénurie de timbres (...)
6-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ils l’ont fait !
4-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Souveraineté ou malhonnêteté à la (...)
4-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Tricherie à assumer !
3-09-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’école s’éveille !
17-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’appel de Gabriel Ajavon
17-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ils l’ont fait !
4-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Tricherie à assumer !
3-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Exit la grève !
3-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Job ou famille !
31-08-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : Rebelles, et ils font la loi !
30-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Rendez-vous de taille à Pékin !
29-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Un moratoire salutaire
29-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Chirurgiens-dentistes édentés !
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le péril ‘‘crue’’ !
22-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dangnivo, l’ultime procès ?
22-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée de tous les enjeux
20-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Urgence pour une rentrée !
20-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Repenser les fêtes identitaires
16-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Directeur sur conditions !
14-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’étonnant silence du Prd !
14-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hadj sans tapage !
13-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une curieuse réforme !
13-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Tapis rouge pour Odile
9-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Etat civil : rattrapage gratis !
8-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’énigme Koupaki
8-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Bêtes sauvages en divagation !
7-08-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1440

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)