Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une capitale sans route

Porto-Novo peine à jouir de son statut de capitale. Principale ville du pays, elle manque cruellement d’infrastructures de premier ordre. Dans l’ensemble, en dépit de ses charmes, la cité des aïnonvis a tout l’air d’un gros village marqué par quelques traits d’urbanisme. Pourtant, elle abrite plusieurs institutions de la République dont l’Assemblée nationale, la Cour suprême et la Haute cour de justice. Si le programme spécial de réhabilitation de la ville initié sous Mathieu Kérékou avait porté ses fruits, les sièges des autres institutions de la République y seraient déjà érigés et habités par leurs occupants. Aujourd’hui, la ville aux trois noms donne l’aspect d’une cité livrée à elle-même où la volonté politique censée la rendre attrayante est quasiment inexistante.
La preuve la plus évidente et la plus palpable, c’est l’état défectueux des infrastructures routières qui desservent la ville. Hormis une partie de la rocade réalisée en 2010 par le précédent régime dans le cadre des festivités du cinquantenaire de l’indépendance, toutes les autres voies principales sont impraticables. Les deux axes principaux qui traversent la ville aux trois noms sont jonchés de nids de poule et rendent la circulation pénible aux usagers de la route. L’axe place Bayol-Carrefour Ecole urbaine centre-Carrefour Catchi-Carrefour Y-Carrefour du cinquantenaire est indigne d’une capitale, même s’il s’agit de celle d’un pays pauvre comme le Bénin. Etroitesse, bosses, crevasses sont la marque déposée de cet itinéraire. Idem pour l’axe Carrefour du pont-Carrefour Beaurivage-Carrefour Ecole normale-Carrefour Y-Carrefour du cinquantenaire qui demande une réhabilitation expresse.
Ces deux axes principaux permettent à tout visiteur qui s’aventure à Porto-Novo de sillonner la ville. Vu leur état qui laisse à désirer, c’est avec peine et désolation que la traversée de la commune la plus importante du pays, en terme de rang administratif, s’effectue. Depuis des années, la municipalité n’a pas levé le doigt pour tenter de rectifier le tir. Certes, des efforts ont été faits au niveau de certaines voies secondaires. Mais les voies principales qui permettent d’accéder à celles-ci sont dégradées. A quoi ca sert d’aménager ou de réhabiliter des voies secondaires si les voies principales qui y conduisent sont impraticables ? Le gouvernement a fait un effort en décidant de poursuivre le bitumage de la seconde partie de la rocade. Si cette promesse est tenue, l’artère ceinturant la ville sera entièrement bitumée. Quid des autres axes non moins importants ?
Les déclarations d’intention ne font pas défaut au niveau de la mairie. Le premier responsable de la ville donne l’impression d’être animé par le désir de transformer la ville. Mais entre le rêve, les projets mirobolants rendus publics et la réalité, il y a un grand fossé. Selon les textes de la décentralisation, la municipalité a toutes les attributions pour engager la réfection des voies endommagées. Encore une fois, le prétexte de l’insuffisance des ressources financières sera servi pour justifier l’inaction ou le colmatage observé par endroits. Mais avec le lobbying orienté vers le gouvernement et les partenaires financiers, les choses peuvent se corriger. Les autorités municipales de Parakou l’ont vite compris. Aujourd’hui, la cité des Koburu est en chantier. A la fin des travaux, elle présentera un aspect attrayant sur le plan du réseau routier pendant que Porto-Novo restera lamentablement à la traîne.

22-06-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)