Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une dérive regrettable

Patrice Talon n’est pas au bout de ses peines. Ses proches continuent de payer le prix de son divorce d’avec le régime au pouvoir. Exilé à Paris depuis trois années déjà, le magnat du coton ne finit pas d’égrener le chapelet de ses mésaventures avec le gouvernement. La dernière en date est liée au refus opposé à l’un de ses fils de fouler la terre de ses ancêtres. Sollicité pour l’obtention du visa, le consulat général du Bénin à Paris n’a pas trouvé mieux que d’opposer un refus catégorique à cette demande. Ceci n’est qu’un épisode du long feuilleton politico-juridique qui met aux prises Patrice Talon, sa famille et ses proches avec le pouvoir en place.
Comment comprendre qu’une fois arrivés à expiration, un Béninois n’ayant pas pu renouveler ni son passeport, ni sa carte d’identité nationale, décide néanmoins de se servir de son passeport français pour rentrer dans son pays d’origine et qu’on lui refuse le visa sans lequel il ne peut effectuer le déplacement ? Plus qu’un abus, c’est de l’arbitraire, une dérive dangereuse. L’article 25 de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990 garantit d’ailleurs la liberté d’aller et de venir pour tous les citoyens. Pourquoi après le célèbre « pardon » du 14 mai 2014, les services de l’administration béninoise se sentent obligés de remuer le couteau dans la plaie ?
Ce soir-là, le chef de l’Etat, en prenant l’opinion publique à contre-pied, avait manifesté la ferme intention de mettre fin aux rapports tumultueux qu’il entretenait avec Patrice Talo, son ex mentor. « Dans l’intérêt supérieur de notre pays et de la priorité que j’ai toujours accordée à l’intérêt général, j’ai décidé en mon âme et conscience et en toute liberté, de pardonner… J’exhorte chaque Béninoise et chaque Béninois à tourner définitivement la page de cette affaire et nous atteler ensemble à la résolution des problèmes quotidiens auxquels notre Peuple est confronté. Cette affaire doit être derrière nous tous ». Si plus d’un an après cette déclaration présidentielle, le fils de Patrice Talon souhaite fouler à nouveau la terre de ses ancêtres et qu’on l’en empêche, il faut comprendre que le ver est encore dans le fruit.
Cette situation inadmissible dans un Etat de droit est une atteinte aux droits humains. Nul n’a le monopole du territoire béninois. Le gouvernement qui entretient une telle situation descend assez bas et ternit l’image du Bénin sur le plan international. Le ministre des affaires étrangères est appelé à se prononcer sur ce sujet, car ce serait vraiment difficile de ne pas évoquer sa responsabilité dans ce dossier. De la même manière, les fonctionnaires qui sont au service de la nation, donc de l’intérêt général et qui se laissent instrumentaliser ont une conscience. Qu’ils sachent que la roue tourne. Cela n’arrive pas qu’aux autres. Abraham Lincoln ne croyait pas si bien dire. “Le silence devient un péché lorsqu’il prend la place qui revient à la protestation ; et, d’un homme, il fait alors un lâche.”.

6-08-2015, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité ?
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas ?
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sanglots de Cauris !
18-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Concours de confirmation !
17-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Après la Suisse, à qui le tour ?
17-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un développeur pour Ouidah !
13-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une lutte oubliée ?
13-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le diktat des gros porteurs
12-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le meilleur pour le football
11-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Hadj à l’horizon !
11-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
7-07-2017, Naguib ALAGBE
En vérité : Que le ballon roule !
6-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le social au rang des priorités
6-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’héritage Psd en question !
5-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Sacré sursaut au Bepc !
4-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Prévisions pour 2018 !
3-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Ouidah face à son destin
3-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La rentrée en septembre !
29-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les bus de la mort
28-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A la Rb comme au Psd… !
28-06-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1020

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)