Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une dérive regrettable

Patrice Talon n’est pas au bout de ses peines. Ses proches continuent de payer le prix de son divorce d’avec le régime au pouvoir. Exilé à Paris depuis trois années déjà, le magnat du coton ne finit pas d’égrener le chapelet de ses mésaventures avec le gouvernement. La dernière en date est liée au refus opposé à l’un de ses fils de fouler la terre de ses ancêtres. Sollicité pour l’obtention du visa, le consulat général du Bénin à Paris n’a pas trouvé mieux que d’opposer un refus catégorique à cette demande. Ceci n’est qu’un épisode du long feuilleton politico-juridique qui met aux prises Patrice Talon, sa famille et ses proches avec le pouvoir en place.
Comment comprendre qu’une fois arrivés à expiration, un Béninois n’ayant pas pu renouveler ni son passeport, ni sa carte d’identité nationale, décide néanmoins de se servir de son passeport français pour rentrer dans son pays d’origine et qu’on lui refuse le visa sans lequel il ne peut effectuer le déplacement ? Plus qu’un abus, c’est de l’arbitraire, une dérive dangereuse. L’article 25 de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990 garantit d’ailleurs la liberté d’aller et de venir pour tous les citoyens. Pourquoi après le célèbre « pardon » du 14 mai 2014, les services de l’administration béninoise se sentent obligés de remuer le couteau dans la plaie ?
Ce soir-là, le chef de l’Etat, en prenant l’opinion publique à contre-pied, avait manifesté la ferme intention de mettre fin aux rapports tumultueux qu’il entretenait avec Patrice Talo, son ex mentor. « Dans l’intérêt supérieur de notre pays et de la priorité que j’ai toujours accordée à l’intérêt général, j’ai décidé en mon âme et conscience et en toute liberté, de pardonner… J’exhorte chaque Béninoise et chaque Béninois à tourner définitivement la page de cette affaire et nous atteler ensemble à la résolution des problèmes quotidiens auxquels notre Peuple est confronté. Cette affaire doit être derrière nous tous ». Si plus d’un an après cette déclaration présidentielle, le fils de Patrice Talon souhaite fouler à nouveau la terre de ses ancêtres et qu’on l’en empêche, il faut comprendre que le ver est encore dans le fruit.
Cette situation inadmissible dans un Etat de droit est une atteinte aux droits humains. Nul n’a le monopole du territoire béninois. Le gouvernement qui entretient une telle situation descend assez bas et ternit l’image du Bénin sur le plan international. Le ministre des affaires étrangères est appelé à se prononcer sur ce sujet, car ce serait vraiment difficile de ne pas évoquer sa responsabilité dans ce dossier. De la même manière, les fonctionnaires qui sont au service de la nation, donc de l’intérêt général et qui se laissent instrumentaliser ont une conscience. Qu’ils sachent que la roue tourne. Cela n’arrive pas qu’aux autres. Abraham Lincoln ne croyait pas si bien dire. “Le silence devient un péché lorsqu’il prend la place qui revient à la protestation ; et, d’un homme, il fait alors un lâche.”.

6-08-2015, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Entre midi et deux !
27-04-2018, Naguib ALAGBE
Douze heure trente ! A Cotonou c’est la pause. Publique ou pas, l’administration peut maintenant se vider momentanément de son personnel. Il faut (...) Lire  

En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique judiciaire : 7 ans de travaux forcés (...)
26-04-2018, Isac A. YAÏ
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Jeunesse, grande inquiétude (...)
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour l’hygiène publique
25-04-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Jeunesse, grande inquiétude !
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Attention…Enfin promulguée !
24-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La main tendue des syndicats
24-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une décision salvatrice
19-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sacré bond énergétique !
19-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les larmes de Yayi
18-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dettes de Voyages !
18-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les flammes du désespoir
17-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Entre le marteau et l’enclume
16-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les camions de la mort
12-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le Bénin en exemple !
12-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Houngbédji six sur six !
11-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Renfort pour le dégel
10-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A un pas du dégel
9-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Anvers, solution aux travers !
9-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’indice de la Rupture !
6-04-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1320

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)