Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une injustice corrigée

Et de deux pour Patrice Talon. Grâce à son intervention, les parents des candidats au Baccalauréat peuvent pousser un ouf de soulagement. Il vient, en effet, de les délivrer d’un fardeau supplémentaire. Instruit par sa hiérarchie, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a rapporté la note administrative qui fait obligation à tous les candidats au Baccalauréat de débourser, en plus des droits d’examen, des frais supplémentaires de 1500f au nom de la nouvelle politique d’orientation des futurs bacheliers. Le directeur général de l’enseignement supérieur et son homologue de l’office du Bac avaient cru bien faire en initiant une politique d’orientation. Mais la facture salée qui s’en est suivie a quelque peu dénaturé cette noble initiative. Et l’intervention du chef de l’Etat est venue remettre les pendules à l’heure.
Pour le compte de cette année tout au moins, il ne sera exigé d’aucun candidat au Bac le paiement de ces frais supplémentaires qui au fond n’ont pas leur raison d’être tant que l’examen n’a pas été passé avec succès. Exiger ces frais de tous les candidats revient à penser qu’ils seront tous déclarés admis, donc sont en droit d’être recasés dans l’une des entités des universités publiques. Or, nous connaissons tous le taux d’admission au Bac qui dépasse rarement la barre des 35%. Pourquoi réclamer des frais aux 100% de candidats si l’on est conscient que c’est au plus 35% d’entre eux qui bénéficieront de ce, encore que ce ne sont pas tous les bacheliers qui manifestent l’intention de suivre les cours sur les campus publics. La logique aurait été que ces frais, si leur utilité est prouvée et reconnue, soient perçus uniquement chez les nouveaux bacheliers qui manifestent l’intention de s’inscrire dans une université publique.
Une fois de plus, le chef de l’Etat vient annuler une décision dont l’application serait une vache à lait pour les deux directions concernées. Fort heureusement, les grognes persistantes des populations ont trouvé un écho favorable auprès du président de la République, qui, en bon père de famille, a mis un terme à l’abus. Il y a de cela quelques semaines, le chef de l’Etat a eu la même attitude vis-à-vis de son ministre en charge de l’enseignement secondaire qui a voulu constituer un pactole dans les poches d’un opérateur économique privé en le désignant tout de go pour l’établissement des cartes scolaires à tous les élèves mais aussi en fixant unilatéralement les frais de confection desdites cartes. Le tollé qui a suivi la publication de cette note de service a mis la puce à l’oreille de Patrice Talon qui a fait rapporter la décision avant même qu’elle ne soit appliquée.
Ces faits qui ne sont pas anodins sont la preuve de ce que le chef de l’Etat ne tolère pas l’arbitraire de la part de ses collaborateurs. Ces derniers devraient d’abord appréhender la portée des décisions qu’ils sont appelés à prendre et qui engagent l’Etat. Même si l’intention est bonne, lorsque dans les mesures énoncées, on note une volonté de pressurer davantage les populations en cette période de soudure, la pilule aura du mal à passer. C’est pourquoi les populations elles-mêmes doivent prendre conscience de leurs droits et renforcer la veille citoyenne afin de dénoncer toute injustice dont elles seraient victimes. Ce n’est pas évident que le chef de l’Etat se positionne à chaque fois en messie. Mais si les citoyens eux-mêmes sont vigilants et font montre d’une aptitude à crier haro chaque fois sur l’injustice, elles en seront à coup sûr épargnées. Comme l’a dit l’autre, « refuser de subir, c’est passer à l’action ».

7-03-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : La grande attente des travailleurs
19-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
Elles sont dans l’attente des élections professionnelles. Les centrales et confédérations syndicales rongent leur frein. Depuis 8 ans, plus rien n’a (...) Lire  

Editorial : Alcootest, attention double (...)
19-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Plaidoyer pour la fête des paysans
18-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Ils nous font regretter Mandela (...)
18-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un visionnaire pour foot malade (...)
17-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tournant décisif !
16-07-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Ils nous font regretter Mandela !
18-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un visionnaire pour foot malade !
17-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tournant décisif !
16-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
Cos-Lépi : Mort programmée !
16-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
Temps additionnel : Somptueux Bleus !!!
16-07-2018, Ambroise ZINSOU
En vérité : Le couperet de la sanction
12-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Fisc sans faille !
11-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Bonne nouvelle pour le Bénin
10-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Péages versus péripéties !
10-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Appui pour cantines
9-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Amousou libère la parole
4-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réforme des péages
3-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réforme du logement
28-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Sanctions dissuasives !
28-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une sanction pédagogique
27-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Temps additionnel Déception nigériane !!!
27-06-2018, Ambroise ZINSOU
Editorial : Equation Horaires-Rendement !
27-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le Cos dans tous ses états
26-06-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1380

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)