Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une lutte oubliée ?

Le ministère du cadre de vie et du développement durable a lâché prise. Pourtant, au cours du dernier trimestre de l’année 2016, José-Didier Tonato et ses collaborateurs étaient résolument engagés à lutter contre la pollution par les gaz d’échappement dans la ville de Cotonou et environs. Par un communiqué du 4 octobre de l’année écoulée, les services compétents du ministère invitaient « tout propriétaire de véhicule motorisé à le faire contrôler auprès des garagistes agréés et conventionnés pour le contrôle anti-pollution ». Etaient concernés par cette mesure, les véhicules légers, les camionnettes, les véhicules lourds à essence, à gasoil ou à gaz utilisés pour le transport de passagers ou de marchandises. Dans la foulée, une liste de garages agréés avait été rendue publique et l’ultimatum du 7 novembre brandi pour le début de la répression.
Les contrevenants aux dispositions du décret n°2001-110 du 4 avril 2001 fixant les normes de la qualité de l’air en République du Bénin devraient être sanctionnés sur le principe de pollueur-payeur. La mise en œuvre de la coercition visait selon le communiqué du ministère du cadre de vie à lutter contre la pollution due au transport terrestre. A propos, l’article 16 de la loi-cadre sur l’environnement dispose : « nul ne doit émettre, déposer, rejeter ou permettre, l’émission, le dépôt, le dégagement, l’enfouissement ou le rejet dans l’environnement d’un contaminant au-delà de la quantité ou de la concentration prévue par les lois et règlements ». Il ne restait plus que le ministère passe à l’offensive avec le concours des forces de l’ordre, une fois l’ultimatum écoulé.
Quelques heures seulement après la diffusion dudit communiqué, des voix se sont élevées pour s’insurger contre cette procédure. L’association des garagistes notamment s’est indignée du fait qu’elle n’ait pas été associée à une telle entreprise et a refusé de collaborer tant que ses doléances ne seraient pas prises en compte. Dans la foulée, beaucoup de citoyens estimaient que la visite technique à laquelle sont périodiquement soumis les véhicules suffit amplement pour attester de leur état. Face à cette levée de boucliers, le ministère s’est ravisé en prétextant que certains réglages devaient être opérés avant que la mesure ne soit appliquée. Neuf mois se sont écoulés depuis et à ce jour, ce dossier n’a pas été remis au goût du jour. Les véhicules non entretenus par leurs propriétaires continuent de polluer allègrement l’environnement.
Que fait le ministère depuis neuf mois que cette lutte salvatrice a été mise entre parenthèses ? Les opérations de libération des espaces publics et l’aménagement de ceux-ci n’ont-elles pas pris le pas sur la lutte contre la pollution par les moyens de transport ? S’agit-il d’un changement de plan ou d’un repli tactique ? Qu’en est-il de la poursuite de la sensibilisation pour le contrôle réglage des véhicules ? José-Didier Tonato et ses collaborateurs sont bien placés pour répondre à ces interrogations. Ils donnent l’impression d’avoir jeté le manche après la cognée. Pour mener cette lutte implacable contre les véhicules polluants, il faut de la volonté politique mais aussi beaucoup d’engagement pour ne pas faire demi-tour à la moindre difficulté. Pour l’heure, en l’absence de toute répression, la protection de l’environnement prend un coup et c’est bien dommage.

13-07-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
On a du mal à le croire. Mais, les images prises par des journalistes de CNN nous obligent à nous rendre à l’évidence. Dans la Libye d’aujourd’hui, (...) Lire  

Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Bande d’orduriers !
17-11-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : La polémique de la gratuité au (...)
16-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cité éclairée, conseillers acclimatés (...)
16-11-2017, Isac A. YAÏ
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’appel au social entendu !
30-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Ministre… malgré tout
30-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Des tueurs silencieux
26-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La Police républicaine arrive !
24-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le veto du parlement
24-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dantokpa bientôt à Adjagbo !
23-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le combat de l’internet
23-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1140

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)