Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une promesse non tenue

Le gouvernement a perdu son pari. Et pour cause ! Une bonne partie de la ville de Cotonou végète toujours dans le noir. Or, il a été annoncé, à grand renfort médiatique et avec un air triomphant, que la métropole sera une ville lumière avant la fin de l’année 2017. Bientôt quatre semaines que le nouvel an a été célébré et jusque-là, aucun changement majeur n’a été observé en matière d’éclairage public. Les ténèbres dictent toujours leur loi sur certaines grandes artères. Prendre la route à la tombée de la nuit est toujours perçu comme un risque pour bon nombre de citoyens de la ville. La lumière projetée par les phares des véhicules ne suffit pas toujours à éviter les pièges de la circulation. Ce n’est pas toujours évident à une certaine heure de composer avec les nids de poule, les crevasses, les pavés mal posés, les affaissements par endroits qui jonchent les rues de Cotonou.
En l’absence d’initiatives tangibles de la part de la municipalité, le gouvernement a eu raison de prendre ce problème à bras-le-corps. C’est ainsi que la séance hebdomadaire du Conseil des ministres du mercredi 8 novembre dernier s’est longuement penchée sur le sujet. Au terme des travaux, il a été décidé d’engager les actions idoines pour la réhabilitation du réseau d’éclairage de la ville de Cotonou. Cela fut considéré en son temps comme une bonne nouvelle pour les habitants de la ville. Faisant suite au constat que « depuis quelque temps, certains quartiers de la ville de Cotonou sont plongés dans l’obscurité totale, avec pour conséquences, l’insécurité et de graves et fréquents accidents de circulation », le Conseil des ministres a pris des mesures dont la mise en œuvre devrait conjuguer au passé l’obscurité qui couvre de son manteau lugubre la métropole dès le crépuscule.
Au nombre de 4, ces décisions prises au sommet de l’Etat concernent l’amélioration du système d’éclairage public à Cotonou à travers une franche collaboration entre la mairie, la société béninoise d’énergie électrique (Sbee) et le ministère des infrastructures et des transports. Le développement d’une politique de sécurisation du réseau d’éclairage public, l’organisation des séances de sensibilisation des populations sur les cas de vandalisme et d’incivisme et enfin la mise en place d’un système de lutte contre l’insécurité, par l’entretien régulier du réseau ne sont pas du reste. Comme pour aller vite, 10 axes et pas des moindres ont été retenus pour ce projet. Dans la foulée, les ministres concernés ont été instruits « à l’effet de prendre les dispositions nécessaires, en accord avec les autorités municipales, en vue de la réhabilitation du système d’éclairage public de la ville de Cotonou avant la fin de l’année en cours ».
Tel était le délai. Presque un mois après cette échéance, les résultats concrets sur le terrain sont plutôt mitigés. Cotonou est toujours dans le noir. Du 14 novembre où la décision a été prise à ce jour, presque rien n’a bougé. Quelques lampadaires défectueux ont été remis en service et puis c’est tout. Il était annoncé une action d’envergure. Au bout du compte, la montagne a accouché d’une souris. Ce qui a été fait a tout l’air d’une goutte d’eau dans l’océan. Même l’adhésion du Conseil municipal de Cotonou qui a validé à son tour ce projet qui coûtera à la ville 1, 347 milliards n’a pas favorisé l’accélération des travaux. Pour ce qu’il est donné de constater sur le terrain, tout est pratiquement au point mort. La crédibilité du gouvernement est ainsi entachée car il devrait miser sur la responsabilité et le respect de la parole donnée. Mais au Bénin, tout ça, ce ne sont que des mots.

25-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Quelle échéance pour la Cité ministérielle ?
23-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
C’est la saison du lancement des grands travaux. Après deux ans et demi d’exercice du pouvoir, Patrice Talon est plus que jamais déterminé à marquer (...) Lire  

En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag (...)
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Lumière sur les lois de règlement
18-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : La saison des congrès !
15-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Intrigue destin de Koutonou
11-10-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : La route des pêches au ralenti
11-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le combat contre la faim
10-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Lépi actualisée à consulter !
9-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Enfin, l’énergie solaire !
5-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Yayi sort le grand jeu
3-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Cyclique intoxication !
3-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Regards sur la 7ème législature
1er-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’illustration 4 sur 154 !
28-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérit : L’alibi Fitness !
28-09-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : L’illustration 4 sur 154 !
27-09-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1470

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)