Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une solution contre les inondations

Elle s’annonce à pas de géant. La grande saison des pluies dans la partie méridionale du Bénin est à nos portes. Les précipitations enregistrées il y a quelques jours sont les prémices de l’ampleur du phénomène qui nous guette. Saluées dans les campagnes pour leur effet salvateur sur les cultures, les pluies ne sont pas toujours vues d’un bon œil dans les villes. Vecteur d’inondations, elles sont vécues comme un cauchemar par les populations qui ont élu domicile dans les zones inondables. Dès que le ciel s’assombrit, la désolation se lit sur des milliers de visages qui devront affronter la furie des eaux. Outre les habitations qui sont prises d’assaut par les eaux, les ruelles, les voies secondaires et même certaines grandes artères subissent le même sort. Inutile de préciser que certains services socio-éducatifs tels que les écoles et les centres de santé sont obligés de fermer leurs portes durant tout le temps que dure ce sinistre.
Habituellement, c’est la ville de Cotonou, dont le niveau est situé en dessous de celui de la mer, qui paie le prix fort de la furie des eaux. Pendant des semaines, des quartiers entiers, apparemment bâtis sur la terre ferme, se transforment en cités lacustres. Jusque dans les habitations, dans l’intimité des ménages, l’eau s’invite avec son cortège d’incommodités et de malheurs. En dehors de l’hygiène qui se trouvait menacée, même en saison sèche, le péril hydro-fécal dicte dès lors sa loi. Parce que les latrines sont inexistantes ou inadaptées, les populations, celles vivant dans les marécages, ne se gênent pas pour faire leurs besoins dans les eaux stagnantes. Cette situation, pour le moins désastreuse, s’étend progressivement depuis quelques années à plusieurs autres communes. Hormis la ville de Cotonou habituée aux affres des inondations, celles de Porto-Novo, de Sèmè-Podji, d’Abomey-Calavi font face à ce drame. Les communes de la vallée de l’Ouémé et celles de la région Agonlin n’échappent pas à ce phénomène.
Ces collectivités locales situées dans la partie méridionale du pays ne sont pas les seules à subir l’impitoyable loi des eaux. D’autres communes situées dans le Mono, les Collines et dans le Septentrion paient le prix fort chaque année en saison pluvieuse. A des degrés divers, elles prennent leur part de douleur dans ce sinistre qui frappe sans désemparer. Dotées de la personnalité juridique et de l’autonomie financière, les communes s’organisent, chacune avec ses moyens et ses stratégies pour alléger les peines des populations. D’une localité à une autre, les actions de prévention et de riposte se ressemblent. Elles se limitent essentiellement au curage des caniveaux, à l’ouverture des voies et au pompage des eaux. L’assistance sociale en direction des sinistrés au moyen des dons de vivres et de couvertures s’ajoute à ce tableau. Ces actes dérisoires et ponctuels sont insignifiants quant à l’étendue des dégâts.
La solution pratique et responsable qui s’offre aux communes est celle de la mutualisation des moyens. Celles qui sont voisines ont plus intérêt à s’unir pour lutter contre le phénomène au lieu d’y faire face en rangs dispersés. Porto-Novo, Sèmè-Podji, Cotonou et Abomey-Calavi par exemple ne peuvent pas prétendre œuvrer contre les effets des inondations sans prendre la peine de se concerter et d’agir ensemble. Une action disparate d’une commune, même efficace, engendre immédiatement des répercussions sur l’autre. De plus, compte tenu de l’insuffisance et de la rareté des ressources, quoi de plus simple que de se regrouper pour aller en croisade contre l’ennemi commun ? C’est en parlant d’une même voix, c’est en définissant des stratégies communes que les autorités locales, souvent débordées par le phénomène, trouveront des approches de solutions pertinentes et efficaces. Si d’aventure elles s’inscrivent dans cette dynamique, l’appui du gouvernement et des autres partenaires n’en serait que renforcé.

8-05-2018, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Pour ou contre les réformes ? Ce sujet qui semble apparemment vidé reviendra en force lors des débats entrant dans le cadre des législatives du (...) Lire  

En vérité : Le renouveau de l’entreprise
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quitus pour candidater !
16-01-2019, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le renouveau de l’entreprise
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quitus pour candidater !
16-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une référence malgré tout !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : De la parole à l’acte !
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’évaluation en question
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Riz japonais…Enième couplet !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’année du social
8-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour carte Lépi !
8-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Ambiance avant mars !
7-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Répression en téléchargement
20-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ambitieuses mais silencieuses
19-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Route à enjeu coton !
19-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Abonné à la filière Compact !
18-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’Ecole dans tous ses états !
18-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pour le vote…Nos cartes !
17-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1530

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)