Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En toute sincérité : A la merci des domestiques

Elles sont quasi incontournables. Le recours aux domestiques est presque systématique dans la plupart des ménages. Si certains peuvent s’en passer, d’autres, par contre, n’ont pas d’autre choix que de recourir à leurs services. Les jeunes couples notamment qui ont des enfants en bas âge et qui ne peuvent bénéficier de l’assistance continue des grands-mères sur une période relativement longue se résignent à engager une domestique. Le besoin est encore plus prononcé lorsque les deux parents, pour des raisons professionnelles, passent toute la journée hors de leur domicile. Ne pouvant laisser les enfants à la maison tout seuls, ils se retrouvent dans l’obligation de confier leurs progénitures et leurs biens à une employée de maison. Devenues très prisées, les domestiques se font rares et il faut être chanceux pour tomber sur des modèles.
Pour la plupart, ce sont des jeunes filles ou jeunes dames provenant de milieux défavorisés qui se retrouvent dans la peau de domestiques pour une raison bien précise. Soit, ce sont des apprenties en fin de formation, soit ce sont des désœuvrées qui désirent faire du commerce. Dans ces cas, elles font ce job pour mobiliser le capital nécessaire au démarrage de leurs activités. Soit encore, ce sont des jeunes filles envoyées en ville par leurs parents pour capter des ressources afin de venir en aide à la grande famille restée au village. Du jour au lendemain, elles se séparent de leurs proches pour s’occuper en principe du mieux-être d’autres ménages supposés nantis ou à l’abri du besoin. Mais par la force des choses, selon les événements et surtout selon les individus en présence, les domestiques se retrouvent dans un mauvais rôle.
Ainsi, et cela est bien souvent du fait des hommes, ces employées de maison deviennent des causes de déstabilisation des couples. Voulant coûte que coûte satisfaire leur libido, certains hommes les transforment en esclaves sexuelles, avec ou sans leur consentement. Tard dans la nuit ou en l’absence de la maîtresse de maison, la domestique se détourne de son cahier de charges pour devenir l’amante du chef de famille. Ce jeu malsain dure le temps nécessaire jusqu’à ce qu’ils soient pris la main dans le sac ou jusqu’à ce que le scandale éclate. Et là, bonjour les dégâts ! Si certaines réussissent à se préserver des assauts sexuels des mâles, elles ne sont pas pour autant à la hauteur des attentes. Les enfants dont l’éducation leur est confiée de fait sont maltraités ou négligés. Il y a aussi les voleuses professionnelles qui font tout pour gagner la confiance de la maîtresse de maison afin de mieux la dévaliser.
Il est utile de mettre l’accent sur le cas des arnaqueuses qui, de mèche avec les supposées agences chargées de leur trouver des clients, font de courts séjours dans les ménages. Au cours d’une année, la même domestique peut faire le tour de 5 à 6 ménages. Un prétexte est toujours trouvé pour justifier leur départ. A chaque fois, ce sont les couples éprouvés et désorientés qui rétribuent les agences en question et se lancent par la même occasion dans une nouvelle quête. Mais, fort heureusement, il y a des domestiques qui proposent leurs services de bonne foi. Bien que n’étant pas nombreuses, elles font leur job avec conscience et dévouement. Heureux sont les couples qui les croisent sur leur route. Elles sont des oasis dans un désert.

15-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir !
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction
En vérité : Une histoire d’unanimité !
21-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’Afrique si pauvre et si riche
21-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1170

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)