Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En toute sincérité : Mariage de forçat

Bientôt, la majorité des Béninois finiront par marier précocement tous leurs enfants filles. N’exagérons rien mais que cette affirmation vous fasse sauter de votre siège ou pas, il s’agit bien là d’une triste évidence. C’est à cette allure que vont les choses. Et comme de coutume, les institutions internationales nous jettent les chiffres au visage tel un paquet de honte putréfiant qui donne des haut-le-cœur. Selon le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance, au Bénin, trois filles sur dix se marient avant dix-huit ans. Pareil pour une fille sur dix âgées de moins de quinze ans. Deux excuses fondent essentiellement cette pratique : la tradition et la pauvreté. Si l’on reconnait qu’ « une excessive pauvreté est nuisible à l’exercice de la vertu », il est dans mon esprit, que l’exercice de la vertu ne devrait être subordonné dans certaines circonstances, à aucune autre condition. L’indigence doit-elle servir d’alibi à ces parents qui prennent pour chair à canon leurs filles parce qu’ils craignent de trépasser du cri de leurs boyaux ? Et les complices de ce crime ignoble qui se disent s’amouracher d’enfants dont ils en sont des papis ? Nous trainons beaucoup de maux, mais ne trainons plus celui-là. Nous mourons de faim, du manque de pain tandis que d’autres en ont suffisamment au point de nous entrainer dans leurs folies, restons dignes. N’allons pas vendre notre âme au diable jusqu’à être les fossoyeurs de l’avenir d’une génération.
N’allons surtout pas commettre ce forfait sous couvert de l’endogène. Je suis de la tradition, seulement de celle-là qui nous élève et grandit notre race. Celle qui nous enseigne par contre de continuer à donner en mariage des filles dont les seins ont à peine vu le jour enclave plutôt dans le couloir sinueux de la déshumanisation. Elle prend en proportion, le contrepied de toutes les politiques qu’on nous chante à cor et à cri en faveur de l’éducation de la fille censée porter demain l’espoir de toute une gente.
Le secours pourrait venir de l’Etat. Malheureusement, il dort du sommeil de l’injuste, lui qui plus que quiconque, a les moyens de protéger ses fils envers et contre tout, même contre les dévers glissants des us et coutumes. Que fait la force publique pour arracher à leurs bourreaux, les mineures battues et mutilées lorsqu’elles s’opposent à l’entreprise criminelle de leurs géniteurs ? Rien pour extirper ces enfants du pourrissoir. Rien en tout cas, en termes de déploiement de moyens et de personnel policier qui puisse décourager les auteurs. Il faut qu’on l’interroge tout comme l’ambassadrice de l’Unicef Angélique KIDJO « Comment veux-tu sauver les gens de ton pays, quand tu as en face de toi, des personnes qui sont plus armées que la police ». La place d’une fille de 11 ans est sur l’escarpolette et non sur la corde raide dans un couple qui n’en est véritablement pas un. Et si le gouvernement ne se donne pas la possibilité d’agir, nous devons chacun puiser dans les tréfonds de l’humanisme qui nous habite pour nous éloigner autant que faire se peut de cette vile pratique.
Bergedor HADJIOU

1er-07-2016, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)