Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En toute sincérité : Planifier le Bonheur !

Deux mômes, trois au plus, nul doute que cela reste dans les limites du raisonnable. Mais, que quatre ou cinq soient perçus, comme sortant de l’entendement n’est pas tout à fait vrai non plus. En fait, de nombre d’enfants, chacun y va selon ses convictions. Mais, il y a une constante cependant, c’est que soient bannis les excès. C’est donc, qu’à la question de savoir combien d’enfants faut-il avoir pour faire bien, on risque d’avoir autant de réponses que de personnes interrogées. Et pourtant, on est assurément là, devant un sujet des plus prisés de l’époque contemporaine. Là-dessus, il n’y pas d’abri possible contre les intrusions. La preuve, même des personne infécondes, jusqu’à preuve de contraire, se sont permis des libertés de vue sur la fécondité de tout un continent.
Exactement, comme le font la bande de désœuvrés tapis dans nos quartiers en Afrique, à l’égard de leurs voisins. Et assurément, c’est ne pas en faire qui vous expose le plus. Le couple devient la risée du quartier et la famille en veut à la femme. Un peu comme si elle enfreignait les lois de la féminité. Comme si, grosso modo, l’identité d’une femme reposait entièrement sur l’utilisation qu’elle fait de son utérus. Et si jamais, elle devait se faire assister médicalement et que cela se savait, elle devra là encore, en répondre devant les proches et la société.
Pourtant, il ne suffit pas d’en faire, pour s’affranchir des commentaires désobligeants et intrusifs. Désormais, vous devez répondre de combien vous en avez. Faites-en un, par exemple, et arrêtez-vous là. Cela vous évitera seulement de répondre à la question : quand allez-vous faire un enfant ? Mais, en lieu et place, il faudra répondre à ‘’Et le deuxième c’est pour quand ? Un peu comme si, dans l’esprit des gens, il était inimaginable de ne souhaiter avoir qu’un seul enfant.
Maintenant, que vous en avez deux, il faudra faire attention à leur sexe. Parce que sinon, attendez-vous à ce que les gens vous parlent immédiatement du troisième enfant, alors même que le deuxième n’est même pas encore né : "Et tu n’aimerais pas avoir une petite fille après ?". Certes, ceci n’est pas aussi grave que de ne pas en faire du tout. Mais, il y a tout de même là, un problème sur lequel vous risquez une interpellation sociale.
Mais, attention à ne pas en faire plus de deux non plus. A trois et plus, on devient une famille nombreuse, et on est guère, cette fois encore, à l’abri de remarques portant soit sur votre égoïsme soit sur votre irresponsabilité.
Mais de toutes, la plus idiote et la plus saugrenue des réflexions, consiste à lier le nombre d’enfants à faire, au nombre de chiffres auquel fait appel votre compte en banque.
N’est-ce pas complètement taré, que de penser qu’on peut en faire mille quand on tutoie le milliard ou ne jamais rêver d’en faire, parce que trimant avec son petit job d’agent de sécurité privé à Cotonou pour ne pas stigmatiser ?
Après, seul compte le bonheur des uns et des autres. La question se pose cependant, de savoir comment est-ce possible, pour un humain, d’en faire plus que de nécessaire, pour après les regarder impuissants, se débrouiller quotidiennement et à qui mieux mieux, avec des crampes de l’estomac ? Sauf peut-être à s’interdire le bonheur….

4-08-2017, Naguib ALAGBE


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)