Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Dialoguer mais travailler !

Elle continue. La grève paralysante de l’administration publique se poursuit. Après les décisions de la Cour Constitutionnelle sur le retrait du droit de grève, légitimement, beaucoup avaient cru que l’heure de la décrispation a sonné. En attendant la poursuite du dialogue et la satisfaction des revendications secondaires, ils ne doutaient point qu’elle sera effective, ce minimum attendu des centrales et confédérations qu’est la levée des motions de grève. L’Unamab l’a fait. Il faut, même si ce n’est pas tôt, saluer sa clairvoyance. Quant aux centrales et confédérations, malgré la rencontre au sommet d’hier, ils se font toujours désirer.
Sinon, à part la bonne nouvelle du dialogue qui a repris, la montagne a tout simplement accouché d’une souris. Sur la reprise du travail, les deux parties n’ont pu s’entendre. Pourtant, de cette rencontre, le peuple en espérait mieux. Sans ambages, beaucoup s’attendaient à des concessions de part et d’autre pour qu’enfin, le travail, facteur de développement, reprenne.
Mais avant, il fallait, au préalable, trouver un terrain d’entente. Vous me direz que tenir à sa parole et à ses promesses, c’est être convaincant et donner de l’assurance à ses interlocuteurs. C’est exact. Autant que les syndicalistes à la table des négociations, je suis, par exemple, pour la revalorisation du Smig. Car, avec le niveau actuel des salaires, la lutte contre la corruption est une utopie. Personne n’en disconvient.
Mais, on ne le dira jamais assez, nous sommes en situation de crise. Et avant que le pire n’advienne pour les caisses de l’Etat, le réalisme s’impose. Et, sans travail, il est impossible de restructurer l’économie nationale et d’améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs. En un mot, le travail, c’est l’essentiel. C’est d’ailleurs pourquoi, jusqu’ici, je ne m’explique pas ce dialogue frein en main.
Dans ce cas-ci, a priori, il n’y a pas une partie prenante aux négociations qui ne sait pas qu’on ne peut pas régler, d’un coup, tous les problèmes des travailleurs. D’où, les deux parties, avant même les négociations, savaient qu’elles sont astreintes, à des concessions. A mon avis, la levée de la motion de grève ne peut qu’aider à une bonne ambiance de travail et déboucher sur un dialogue fructueux.
Hélas ! La politique du pourrissement continue. La surenchère est toujours au rendez-vous. Déjà, il était certain que les émissaires du gouvernement n’avaient pas toute la latitude de prendre des engagements. Et, qu’il y avait fort à parier, qu’ils attendraient le conclave ministériel du mercredi, pour harmoniser, les points de vue. Visiblement, ce sera le cas. Pendant ce temps, la grève continue et les conséquences s’amoncellent.
S’il était dit que l’urgence, c’est de désamorcer la bombe sociale, c’est désormais raté. De l’eau, il n’y en a pas eu dans les vins. Plus énervant, les deux parties n’ont pas donné pas l’impression de vouloir, au plus vite, voir le bout du tunnel.
Car, dans un contexte économique délicat, je ne m’explique pas qu’on remette les négociations à demain. 24h qui passent, sans travail, c’est beaucoup. Alors, s’entendre dire que les négociations sont reportées pour vendredi, ça frise, à de l’indifférence. En somme, reprendre le travail tout en aplanissant, au fur et à mesure, les divergences, voilà la vraie équation. Et pour la résoudre, Gouvernement et Centrales syndicales n’ont plus droit à l’erreur. Vendredi, c’est déjà tard. En même temps, c’est mieux. En un mot, ça passe ou ça casse !

31-01-2018, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)