Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Dilemme pour une révision !

Vingt-sept ans de vie et un impérieux toilettage qui n’en finit pas de déchaîner les passions. Longtemps bloquée en métaphase II pour éviter aux opportunistes d’en tirer profit, la révision de la Constitution du 11 décembre 1990 continue de faire des vagues. Cette fois-ci, ce sont les nerfs, autour des options constitutionnelles pour parvenir à une nouvelle loi fondamentale, qui refusent d’être calmés. Arguments, parfois tirés par les cheveux pour, et idées forces contre, les voies strictement parlementaire ou référendaire, enregistrent leurs partisans. Et, au centre de cette passe d’armes, l’opportunité de l’article 155 de la Constitution qui stipule que le projet ou la proposition de révision est approuvée à la majorité des quatre cinquième des membres composant l’Assemblée nationale.
Toujours méfiants à cause d’une crise de confiance qui ne dit pas son nom, envers les successifs dirigeants, les adeptes du référendum sont sur le qui-vive. Il n’y a pas si longtemps encore, la suspicion autour d’un éventuel troisième mandat avait eu raison du projet du président Boni Yayi. A force de trop attendre, celui de son successeur Patrice Talon, avant même qu’il ne se dévoile, est frappé par une crise de légitimité. A l’épreuve du temps, il faut désormais se résoudre à passer au scanner de la procédure révisionniste, en tenant compte du contexte actuel, la voie référendaire et celle parlementaire.
La première est frappée du sceau royal et est plus démocratique. La seconde, exceptionnelle, a l’avantage, dans un contexte de sobriété, d’être moins coûteuse et de faire gagner du temps. Problème : pour des questions aussi importantes que le mandat ou qui portent sur les options fondamentales de la conférence nationale, peut-on mettre le peuple à l’écart ? Avec le coût et l’organisation fastidieuse des élections, qui se plaindrait, déjà que les députés sont des représentants du peuple, de productifs pourparlers et d’un consensus à l’Assemblée nationale ?
En somme, entre légitimité via le peuple souverain et réalisme avec 67 voix à l’hémicycle, les cœurs balancent. Ils battent si fort que beaucoup en oublient que l’actuel chef de l’Etat a promis, en violation des textes, des consultations populaires. N’est-ce déjà pas un signe de bonne foi ? Peut-on donc, comme cela se susurre, craindre un revirement et même une révision au palais des gouverneurs, sans la vulgarisation et l’appropriation par le peuple, de l’avant-projet sorti des entrailles de la Commission Djogbénou ? Qui décidera en fin de compte ?
On l’aura compris. Réforme phare proposée par le chantre du Nouveau départ, la révision de la Constitution est un acte périlleux. Au Bénin, n’obtiendra pas, aussi facilement, qui veut une nouvelle loi fondamentale à la hauteur des défis des temps nouveaux. Alors, dans la mesure du possible, avant les grandes manœuvres, le gouvernement Talon n’a d’autre alternative que de ménager les susceptibilités. Autrement, pour la révision de la Constitution du 11 décembre 1990, demain n’est pas la veille.

1er-03-2017, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)