Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Engagement professionnel en berne !

Une chute drastique préjudiciable. Un rapport final d’analyse de l’Insae accablant. Et quand l’Institut national de sondage en vient à prouver que l’entrain au travail au Bénin se dégrade, on ne devrait plus être surpris que le développement de notre pays soit toujours en berme. D’ailleurs, ce n’est pas de l’auto-flagellation. Et, point besoin d’une étude de l’Insae en 2015 sur 7360 ménages pour comprendre que l’emploi du temps du travailleur béninois s’assimile de plus en plus à tout, sauf à ce pour quoi, il est payé.
En définitive, des huit heures règlementaires de travail, quand on déduit le retard et le temps consacré aux bavardages et autres sorties privées, il ne reste qu’à peine la moitié. De toute façon, comme l’Insae, je n’ai pas besoin d’un an de collecte de données avant de vous démontrer comment l’activité principale du travailleur au pays de Talon en arrive à être reléguée au second rang.
D’abord, tout part de la motivation. Et dès lors qu’elle est longuement atteinte par la routine, lentement mais sûrement, elle se meurt. Maintenant, tout dépend du secteur où exerce le travailleur. Dans le public où la protection de l’emploi est largement assurée, le laxisme serait plus criant. Chez le privé, la conscience professionnelle n’a même pas besoin d’un gendarme avant d’être au-dessus de la moyenne. En milieu rural, même si là aussi, elle faiblit, tout au moins, elle est meilleure comparativement aux grandes agglomérations.
En somme, fût-il de 2015, le rapport de l’Insae sur l’enquête autour de l’emploi du temps du Béninois est largement d’actualité. Car, l’impact du travail sur le développement n’est plus à démontrer. De même, sans une main d’œuvre de qualité doublée de l’engagement au travail, demain ne serait pas la veille d’un Bénin révélé.
Et ça, il faut peut-être espérer que les syndicalistes prompts à aller en grève, veillent à ce que leurs syndiqués s’acquittent effectivement de leur tâche. Sinon, que voulons-nous à la fin si le traitement d’un dossier qui, en principe, ne devrait pas prendre une journée, met une semaine à aboutir et parfois plus ?
Comme hier, je me rappelle ces dispositifs de contrôle de présence et d’effectivité au travail dans certains ministères. Avec la Rupture, les postes téléviseurs dans les bureaux ont été rangés dans les placards. Pourtant, l’entrain au travail n’est toujours pas au rendez-vous. A défaut, pour le moment, de trouver une solution magique pour inverser cette tendance abjecte, il ne reste alors qu’à s’en remettre au patriotisme de chacun ou, à trouver le moyen de mettre les travailleurs, quel qu’en soit leur secteur, sous pression.
De toute façon, c’est gauche à entendre. Mais, c’est bien vrai : le Béninois est frappé du syndrome de la fainéantise. Conséquence, l’économie bat de l’aile. Et si vous n’êtes pas d’accord avec moi, mettons-nous au travail !

29-11-2017, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : La loi, rien que la loi
20-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Ils l’ont tous réclamé. Pendant des années, ils n’ont pas levé le petit doigt pour apporter les corrections nécessaires. Députés pour la plupart, ils (...) Lire  

Editorial : Moteur neuf pour l’éducation (...)
20-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La loi, rien que la loi
20-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Moteur neuf pour l’éducation !
20-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Energie : Prestation tendance !
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil !
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)