Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Justice et célérité : un défi pressant

« Les temps du procès ». C’est sous ce thème évocateur qu’a été placée ce 16 novembre 2018 la rentrée du barreau du Bénin pour le compte de l’année judiciaire 2018-2019. Quelques semaines plus tôt, sous l’égide de la Cour suprême, le top de la rentrée judiciaire a été donné. « Quelle justice pour quel développement » ? A l’occasion, cette interrogation capitale a fait le lit des discussions. Au vu des interventions aussi intéressantes les unes que les autres, il sied de constater que les acteurs clés de ce secteur de souveraineté sont unanimes sur le fait que la justice béninoise est à réformer. Compte tenu des difficultés que connaissent ses animateurs, notamment les magistrats, les greffiers et les policiers dans l’accomplissement de leurs tâches, l’urgence d’une réorganisation pour des résultats beaucoup plus probants s’impose. Avocat de profession, Sévérin Quenum, le Garde des sceaux, promet s’investir pour un changement qualitatif.
« Tout retard dans la procédure judiciaire est un déni de justice ». Cette assertion est celle du ministre de la justice qui entend faire tout ce qui est de son pouvoir pour donner un coup d’accélérateur aux processus devant aboutir au prononcé des verdicts. Pour lui, les grandes réformes initiées visent essentiellement la célérité dans l’examen des dossiers ainsi que l’exécution des décisions. La réactivation de l’inspection générale des services judiciaires mais également des services juridiques, des maisons d’arrêts, des prisons est l’une des réponses apportées pour raccourcir le temps du procès. Pour plus d’efficacité, un meilleur plan de formation est en cours d’établissement afin de permettre aux magistrats d’atteindre le maximum de leurs capacités. La mise à disposition de matériels n’est pas du reste dans cette panoplie d’actions. Face à ceux qui mettent à mal la quiétude de chacun et de tous, la justice se doit d’apporter une réponse rapide et juste.
Le ministre et l’ensemble des acteurs intervenant dans la chaîne judiciaire se donnent de nouveaux défis à relever au cours des prochains mois. L’une des critiques les plus récurrentes des justiciables contre l’appareil judiciaire a trait à la lenteur des procédures. A la quête de la manifestation de la vérité, les dépositaires de ce pouvoir ont l’habitude de longues investigations. Pendant que la justice essaie de démêler les fils de l’écheveau, des semaines, des mois, voire des années s’écoulent et c’est le statu quo pour les personnes et les familles impliquées dans les différents dossiers. Ce constat justifie dans une grande proportion la surpopulation carcérale qui est l’une des tares les plus affichées de notre système pénitentiaire. C’est donc dans le but de taper dans la fourmilière que le Garde des sceaux qui connaît d’ailleurs si bien la maison a pris sur lui d’inverser la tendance. Pourra-t-il vraiment y parvenir ?
L’accès de tous à la justice et l’existence de juridictions indépendantes qui garantissent aux justiciables la jouissance effective de leurs droits figurent au nombre des défis à relever. « Une justice effective et efficace, qui serait opposable à tous et égale pour tous renforce la paix et la quiétude, influe sur la créativité, l’innovation et l’initiative privée, devenant ainsi un important facteur de développement ». C’est dire que l’amélioration du cadre institutionnel, la simplification et l’accélération des procédures sont des défis urgents. Au-delà des vœux et de la volonté du ministre et par ricochet du gouvernement, l’adhésion des acteurs est également souhaitée. La synergie voulue entre les magistrats, les greffiers, les auxiliaires de justice et la police judiciaire pour raccourcir les délais en ce qui concerne l’examen des dossiers se fera avec leur implication. Le plus important, c’est cela. Si Sévérin Quenum peut réussir le pari d’obtenir leur aval, il aurait déjà accompli à moitié son vœu de faire de la justice béninoise, une justice efficace et moins lente.

27-11-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
A quoi ça sert ? Telle était la question. Et, tous furent pris de court, cherchant en vain. Pourtant, chacun en usait et en abusait. Et si on (...) Lire  

En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Progressistes et républicains : les (...)
11-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Bloc républicain : une réalité
10-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Estonie pour plus de Tic !
4-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Il s’appelait Gaston Azoua
4-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérit : Femme 3C
3-12-2018, La rédaction
Editorial : Epouvantail IRM !
3-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Silence, Mètonou arrive !
27-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
C’est le temps des derniers réglages.
26-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cap sur le sport
21-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une taxe pour booster le sport !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Insécurité, période cruciale !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1530

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)