Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Le couperet de la sanction

Ils sont surveillés comme du lait sur le feu. Sur le qui-vive, ils font désormais beaucoup plus attention à leurs faits et gestes. Depuis quelque temps, les élus communaux font face à une nouvelle menace. Elle est révolue l’époque où, renforcés par leur légitimité, ils échappaient peu ou proue à la destitution. Maintenant, le couperet de la suspension/ révocation plane sur leurs têtes. Depuis les années 2002/2003 où le processus de la décentralisation a été relancé, les conseils municipaux et communaux ont habitué l’opinion au cycle des destitutions. Là encore, cette sanction administrative à connotation politique ne concernait que les maires. Nombre d’entre eux ont ainsi perdu leur poste au motif de « mauvaise gouvernance ou de gestion cavalière, opaque et solitaire ». Comme s’ils se passaient les mots, d’une commune à une autre, les conseillers frondeurs n’ont que ces expressions à la bouche.
Par les temps qui courent, la destitution ne fait plus trembler les premiers responsables de nos communes. Ils craignent tous que soit déclenché à leur encontre le processus devant conduire à leur suspension ou au pire des cas à leur révocation. Cette sanction administrative à forts relents politiques en vogue implique l’intervention de plusieurs autorités qui tiennent leur légitimité du pouvoir exécutif. Elus par les populations au niveau communal, les conseillers sur qui pèsent certaines accusations sont punis, non pas par leurs pairs, comme c’est le cas pour la destitution, mais plutôt par l’action combinée de l’autorité de tutelle, du ministre en charge de la décentralisation et, selon le cas, du Conseil des ministres. Léhady Soglo, alors maire de la commune de Cotonou, a fait le premier, les frais de ce type de sanction. Ejecté de la municipalité de la ville, il ronge son frein en attendant le verdict de la Cour suprême.
Après lui, d’autres élus communaux ont également subi la rigueur de la loi. Casimir Sossou, l’ex maire d’Aplahoué a lui aussi été suspendu, puis révoqué. Malgré eux, les chefs d’arrondissements ont également bu le calice de ce type de représailles jusqu’à la lie. Au motif de malversations financières, Hyppolite Natabou, précédemment chef d’arrondissement d’Azovè, a été suspendu le 11 mai dernier avant d’être révoqué il y a quelques jours par le Conseil départemental de concertation et de coordination, organe présidé par le préfet. C’est au tour de Germain Cadja-Dodo, l’ex chef d’arrondissement de Godomey d’être sur la sellette. Il vient lui aussi d’être suspendu puis révoqué. Depuis que Léhady Soglo a écopé de cette peine, c’est dans cette tourmente que vivent désormais les maires et les chefs d’arrondissements. Ils sont conscients qu’à tout moment, ils peuvent être déchargés de leurs fonctions dès que des faits de mauvaise gestion leur sont imputés.
Désireuse de lutter quelque peu contre la fragilisation des positions des décideurs locaux, l’Association nationale des communes du Bénin (Ancb) a initié, dans le cadre de la relecture des textes sur la décentralisation, des pourparlers. Il s’agissait pour Luc Atrokpo et les siens d’encadrer au mieux les processus devant conduire à la destitution, la suspension ou encore la révocation des maires et des chefs d’arrondissements. Le but de cette manœuvre est de renforcer la légitimité des élus. Qu’à cela ne tienne ! Même s’ils ne sont pas pour autant à l’abri des coups politiques, les élus communaux ont intérêt à gérer les affaires locales dans le respect des normes édictées à cet effet. La transparence, l’intégrité, la collégialité sont des vertus intimement liées à leurs fonctions. Choisir délibérément de s’écarter du droit chemin ne peut conduire qu’à des représailles. A eux de faire montre d’une saine gestion des affaires dont ils ont la charge pour se prémunir contre tout type de sanction.

12-07-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Un Plan cadre pour l’assistance au développement (Pnuad) concocté selon une approche participative, inclusive, et même validé en Conseil des (...) Lire  

En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Intérim en détresse à Cotonou (...)
7-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le pressant appel de l’Eglise
31-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’eau qui sauve les Collines !
31-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Fmi-Bénin, logique intacte !
30-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le couple bénino-nigérian
25-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Enfin, que ça démarre !
25-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Formalités express au Pcj !
24-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)