Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Un souffle à l’administration !

Réformer l’administration et en faire une administration de développement. A première vue, ce chantier qui, à coup sûr, sera l’un des points phares des différents projets de société des candidats à la présidentielle de 2016 paraît simple. Mais, dans le contexte béninois, pour relever ce grand défi, le prochain locataire de la Marina doit non seulement se lever tôt mais, surtout se convaincre qu’il ne pourra jamais faire d’omelette sans casser des œufs. Sinon, ce n’est pas faute d’avoir essayé que les précédents régimes n’ont jusqu’ici pas réussi à donner une autre image à l’administration publique ? et Messieurs les candidats à la présidentielle doivent forcément en tenir compte.
Sinon, à l’épreuve, ces dirigeants, pourtant décidés à leur prise de pouvoir à entrer dans l’histoire en étant les premiers à opérer de grandes réformes au sein de l’administration ? sont tombés dans le piège des compromissions et se sont cassé les dents. La création par exemple, dès l’avènement du président Boni Yayi, d’un ministère en charge de la réforme administrative pour asseoir une dynamique de développement en dit long sur les intentions mais, n’a pas produit les effets escomptés. Au contraire, il n’a pas fallu bien longtemps, pour que le mal de la politisation à outrance de l’administration reprenne du poil de la bête.
Avec son cortège de nominations étonnantes et malvenues en plus de la culture au quotidien de la routine, du clientélisme, de la paresse et de la facilité, l’administration béninoise va à vau-l’eau. Quand elle n’est plus, pour les uns, qu’un refuge, elle est pour les autres, une véritable caverne d’Ali Baba avec à la clé, des missions inopportunes pour justifier des dépenses, des surfacturations, des détournements… Alors, il ne faut plus s’étonner que la vocation première de l’administration publique qui est de servir soit aujourd’hui une chimère. Car, aux précédents couacs, il faut encore ajouter les éternels recommencements souvent dictés par les remplacements fantaisistes des responsables à leur poste dès qu’apparaît un nouveau ministre.
Au finish, en dépit d’un effectif plutôt pléthorique et des moyens à disposition, l’administration publique écœure, tourne au ralenti et sur la voie du développement ou de l’émergence, elle est donc, pour le prochain président de la République, l’une des plus importantes plaies qu’il doit s’atteler à soigner si tant est qu’il a de nobles ambitions pour son pays. C’est d’ailleurs pourquoi, Monsieur le futur président doit savoir de quelle administration il hérite. De même, il ne serait pas superflu qu’il convainque ses mandants sur le parallélisme entre l’administration qu’il propose et la quête du mieux-être de ses compatriotes. Sans quoi, pour un pays dit de services, il serait tout simplement aberrant, que l’un des nombreux prétendants en arrive à s’emparer du très convoité fauteuil présidentiel sans poser le vrai diagnostic et proposer des réformes appropriées pour définitivement débarrasser l’administration des inutiles pesanteurs qui la tirent vers l’arrière. Et pour cette mission ‘‘kamikaze’’ qui attend le successeur de Boni Yayi, le courage et le désintéressement seront essentiels et indispensables. Les plaisantins n’ont pas droit de cité. A défaut de ne pouvoir souscrire à cet ultime devoir de réformer l’administration publique quel qu’en soit le prix, ils rendraient un grand service en s’abstenant de briguer la magistrature suprême. C’est une question de vie et d’avenir d’une nation.

9-11-2015, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Liaison dangereuse !
28-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ils sont de retour ! Après une courte hibernation, des religieux-politiciens ont décidé de sortir des bois pour se faire à nouveau entendre. Avec (...) Lire  

Editorial : La traque des produits illicites
28-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple tête baissée (...)
24-02-2017, Naguib ALAGBE
En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Liaison dangereuse !
28-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La traque des produits illicites
28-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un os dans la gorge de Talon
9-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une nouvelle Can pour le Bénin
8-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le coup de l’Arcep !
8-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Talon dans l’antre des Soglo
1er-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Apaiser les tensions religieuses
31-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une option inopportune
30-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’école au pied du mur !
30-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 930

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)