Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Gouvernement et magistrats : A quand la lune de miel ?

Jamais les magistrats n’auront été aussi actifs sur le front des revendications syndicales. On croyait résorbés, en tout cas jusqu’à la fin du régime en place, les incessants bras de fer entre ce regroupement syndical et le gouvernement. Mais les vieux démons en embuscade, à la quête de la moindre étincelle ont ravivé la flamme des querelles. Les hommes et les femmes chargés de dire le droit au nom du peuple béninois, dont l’immense majorité est affiliée à l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab), embouchent à nouveau la trompette de la sauvegarde de leurs acquis. Au centre de cette polémique naissante, la décision gouvernementale visant à rapporter l’arrêté interministériel du 4 mai 2004 portant composition de la commission d’organisation du concours des auditeurs de justice.
Aussitôt dit, aussitôt fait. Toute action appelant une contre réaction, piqués au vif, Michel Adjaka et ses pairs durcissent le ton. Pas question pour eux que ce concours revienne dans le giron du ministre de la fonction publique comme ce fut le cas avant les années 2000. Pour sonner le glas de cette énième crise, une grève d’avertissement de 72h a sérieusement compromis le fonctionnement normal des cours et tribunaux la semaine écoulée. N’ayant pas obtenu gain de cause, les magistrats corsent l’addition et passent maintenant à 5 jours de grève par semaine. Une facture salée pour les justiciables et les usagers des services de l’administration judiciaire.
Auréolée par ses précédentes victoires, la plus éclatante étant l’échec de la proposition de loi portant suppression du droit de grève aux magistrats, l’Unamab s’insurge contre l’instauration du quota régional. Mais il reste que le gouvernement agit à bon droit. En effet, l’arrêté du 4 mai 2004 aujourd’hui rapporté n’est ni intangible, ni immuable. Comme tout texte édictant des prescriptions juridiques, il peut toujours être rapporté, pourvu que le parallélisme des formes soit respecté. Le plus important aussi bien pour les gouvernants que pour les magistrats, c’est la sauvegarde de la transparence, de la crédibilité et du prestige du concours des auditeurs de justice.
« Quand deux éléphants se battent, ce sont les herbes qui en pâtissent ». Déjà en temps normal, l’appareil judiciaire ploie sous le poids de la lourdeur des procédures. Or, le souci des citoyens, c’est d’avoir accès à une justice crédible et proactive. Il faut alors formuler le vœu que dans un proche avenir, le gouvernement et l’Unamab qui ne parlent pas souvent d’une même voix en arrivent à accorder leurs violons pour le renforcement du crédit confiance accordé à la justice béninoise. Au demeurant, pour éviter un enlisement de la situation, il serait bienséant que le Garde des sceaux introduise une communication en Conseil des ministres pour exposer officiellement au gouvernement les griefs de l’Unamab. Déjà, des négociations très avancées sont en cours. Pourvu qu’elles conduisent les deux parties à fumer le calumet de la paix. C’est tout ce que réclament les citoyens.

14-09-2015, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Pas de roi sans reine, pas de reine sans (...)
28-07-2017, La rédaction
En amour, on se dispute, on s’entredéchire mais on reste unis. C’est ainsi que va la vie, et nul ne peut affirmer le contraire. Les conflits font (...) Lire  

En vérité : Micmac à préjudice pour Djougou (...)
27-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le geste du cœur !
26-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Après Macron, la Cedeao… !
25-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un éternel recommencement !
25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Un en chute libre
24-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Le geste du cœur !
26-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Après Macron, la Cedeao… !
25-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un éternel recommencement !
25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Un en chute libre
24-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité ?
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas ?
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sanglots de Cauris !
18-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Concours de confirmation !
17-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Après la Suisse, à qui le tour ?
17-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un développeur pour Ouidah !
13-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une lutte oubliée ?
13-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le diktat des gros porteurs
12-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le meilleur pour le football
11-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Hadj à l’horizon !
11-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
7-07-2017, Naguib ALAGBE
En vérité : Que le ballon roule !
6-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le social au rang des priorités
6-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’héritage Psd en question !
5-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Sacré sursaut au Bepc !
4-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Prévisions pour 2018 !
3-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Ouidah face à son destin
3-07-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1020

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)