Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : 2016 haut de gamme !

Le rendez-vous électoral du 28 février prochain cadence déjà la vie politique. Après des législatives mouvementées et des municipales, communales et locales caricaturales, la démocratie béninoise s’apprête à négocier le virage historique de la succession de Boni Yayi. La fin du mandat du K.O attise les appétits surtout qu’ au Palais des gouverneurs, le retour de l’opposition au perchoir et les illusions de la mouvance cauri ont brisé le rêve de la révision de la Constitution. Le starting-block s’annonce grouillant. Pour une nouvelle fois, la foire électorale connaîtra la parade parfois insolite des amuseurs qui côtoieront des gros calibres.
Très attendue, la présidentielle de 2016 risque de ne pas échapper à la traditionnelle perversion de l’enjeu et à ce spectacle ennuyeux de candidatures de témoignage portées par des bouffons et quelques prétentieux mal inspirés. En 2011, quelques abonnés au score minable avaient justifié leur réputation avec de honteux 00,…%. Cinq ans plus tôt, la foule de postulants, poids plumes, avaient, non sans enthousiasme, affiché un compteur vierge ou presque souillé par de débris de suffrages. Depuis l’avènement du renouveau démocratique, on est condamné à observer le bal des damnés et des clowns de la présidentielle. Le phénomène est perçu comme l’étalon de la vitalité de la démocratie.

2016 en gestation porte les traits d’une échéance cruciale et précieuse qui ne devrait pas tolérer la mise en vedette des acteurs de théâtre, prisonniers de l’amalgame et peu soucieux des contraintes de l’enjeu. Dans un pays où tout le monde se découvre des atouts pour la fonction présidentielle et où l’illusion semble un mode de vie, 2016 n’est pas à l’abri des absurdités. Pourtant, après les deux mandats du pouvoir cauri, l’héritage laissé par le changement et la refondation fait de 2016 un passage vital pour la démocratie.
L’immensité des défis est incompatible avec les blagues des candidatures insignifiantes. Avec l’unité nationale en lambeaux, la perte des valeurs, la crise morale, la pandémie de la corruption, le non respect de la parole donnée, la crise de confiance... un pays en crise, l’heure n’est plus aux fantaisies et aux frasques des candidats de divertissement. Il faut assainir l’arène en la libérant des tocards et donner de l’espace et de temps aux chevaux de grosses écuries.
Même si elle répond aux exigences de la démocratie, la multiplicité des candidatures a malheureusement viré à la pagaille. La parole à la foule de candidats de galerie rend la campagne médiatique parfois fastidieuse. On est noyé dans le flot de paroles et le délire de gens sans offre programmatique. 2016 revendique une présidentielle haut de gamme réservée à ceux qui ont le profil pour le job. Que les potentiels plaisantins ne se mêlent pas à la prestigieuse compétition !
Pour la sixième fois, le peuple ira aux urnes pour élire le Président de la République. Des certitudes politiques installent une logique inédite, celle d’un scrutin très indécis. Le président sortant, Yayi, est hors course. Les habituels dinosaures Kérékou, Soglo père, Amoussou et Houngbédji sont tous forclos. Sur la route de la Marina, l’embouteillage redouté avec la ruée des trouble-fêtes voire des candidats maîtres chanteurs ne devrait pas établir une logique fatale.
L’avenir de la République dépendra du choix de 2016. On connaitra le nom du successeur de Boni Yayi. Une certitude : la passation de pouvoir aura lieu le 06 avril prochain. Ce ne sera pas une affaire de bouffon, ni une mise en scène. Que la course soit réservée aux cadors, aux candidatures crédibles.
Il reste moins de sept mois pour tourner la page Yayi. L’histoire devra s’écrire avec une présidentielle de qualité. Et non cette espèce de campagne où de menus fretins s’égosillent, polluent le décor, pour finalement tomber dans les caniveaux du ridicule. L’enjeu, c’est l’image du pays. Des candidatures de fous, de jongleurs ou de galopins vont abimer l’essentiel. 2016 livrera ses secrets.

10-08-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
La nouvelle est encore fraîche. Pour une surprise, c’en est une. Hervé Hehomey a été débarqué du gouvernement. En tournée dans la partie septentrionale (...) Lire  

En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dans la tourmente de l’Unesco (...)
19-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ (...)
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’alternance syndicale
18-09-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ !
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’alternance syndicale
18-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une candidature pour le Bénin
13-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Obstinés malgré l’eau !
13-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Enième menace des eaux à Cotonou
12-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Centriste et Talonniste !
12-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Statut en quête d’opposants
11-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quand Gbadamassi célèbre Talon
7-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Pas de pitié pour les O% !
6-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un chantier inachevé
6-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Roulés dans la farine
5-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Subventionnés au grand jour !
4-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : La Françafrique à la Macron !
31-08-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A la merci des malfrats
30-08-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au royaume des incendies !
30-08-2017, Isac A. YAÏ
En vérité : Rb engagée, Rb dégagée !
29-08-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Remerciés en monnaie de singe
29-08-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le retour des farceurs
28-08-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1080

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)